NOUVELLES
12/05/2015 20:47 EDT | Actualisé 12/05/2016 01:12 EDT

Yémen: le Conseil de sécurité demande le respect de la trêve humanitaire

Les membres du Conseil de sécurité ont "salué l'initiative de l'Arabie saoudite et du gouvernement du Yémen d'appliquer une pause humanitaire" au Yémen et ont demandé à tous les belligérants de la respecter, dans une déclaration adoptée mardi soir par consensus.

Dans cette déclaration, les 15 pays membres "expriment leur profonde inquiétude devant les graves conséquences humanitaires de la poursuite de la violence au Yémen". Ils demandent aux belligérants de "suspendre leurs opérations militaires de manière transparente et fiable" pendant cette trêve.

Ils leur demandent aussi de "permettre l'entrée et la livraison des secours essentiels à la population civile, y compris la nourriture, les médicaments et le carburant".

Ils exhortent "toutes les parties prenantes à faciliter la livraison urgente de l'aide humanitaire et un accès rapide, sécurisé et sans entraves, pour les acteurs humanitaires afin que ceux-ci puissent atteindre les personnes qui ont besoin d'aide".

Ils expriment leur "plein soutien" à l'émissaire de l'ONU au Yémen, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, qui vient d'entamer une visite dans le pays, et invitent le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à intensifier ses efforts de bons offices et à convoquer une conférence de négociation pour trouver une solution politique.

Ils invitent tous les protagonistes de la crise yéménite à participer à ces discussions sous l'égide de l'ONU "sans conditions préalables et de bonne foi".

Selon des diplomates, cette conférence pourrait se tenir à Genève après celle qui doit se tenir à Ryad le 17 mai à l'invitation des pays du Golfe.

Enfin, les pays membres rappellent aux belligérants leur obligation de respecter les lois internationales humanitaires et notamment de "prendre toutes les précautions possibles pour minimiser les dommages causés aux civils".

Une trêve humanitaire censée mettre fin à sept semaines de raids aériens et de combats meurtriers est entrée en vigueur mardi soir au Yémen, a annoncé la coalition qui combat les rebelles, tout en prévenant qu'elle répliquerait à toute violation du cessez-le-feu proposé par l'Arabie saoudite.

avz/are