NOUVELLES
13/05/2015 10:07 EDT | Actualisé 13/05/2016 01:12 EDT

USA: au moins six morts dans le déraillement d'un train, les recherches se poursuivent

Les recherches se poursuivaient mercredi sur le site du déraillement spectaculaire d'un train qui a fait mardi soir six morts et quelque 140 blessés à Philadephie (côte est des Etats-Unis), dont huit sont dans un état critique.

La plupart des blessés souffrent de fractures, bras, jambes, et côtes, a précisé lors d'une conférence de presse mercredi matin un médecin de l'hôpital Temple University Hospital de Philadelphie, Herbert Cushing, racontant que les blessés lui avaient décrit des scènes de chaos, des passagers tombant les uns sur les autres après le déraillement, notamment dans les dernières voitures du train.

Le train effectuait la liaison Washington-New York, une ligne extrêmement fréquentée mais à l'infrastructure vieillissante. De nombreux blessés ne sont pas de Philadelphie, mais de New York, Washington, ou du New Jersey, selon les autorités.

Le drame s'est produit aux alentours de 21H30 mardi soir (01H30 GMT).

"C'est un désordre catastrophique absolu. Je n'ai jamais rien vu comme ça de ma vie", a déclaré dans la nuit le maire de Philadelphie Michael Nutter après s'être rendu sur place. Il précisé que la liste des passagers n'avait pas encore été complètement vérifiée, laissant craindre que le bilan s'alourdisse.

Le train régional 188 transportait 243 personnes, dont cinq employés de la compagnie ferroviaire Amtrak. Au moins six voitures et la locomotive ont déraillé.

La plupart des passagers, parfois en état de choc, ont cependant pu quitter d'eux-mêmes le train. Certains étaient couverts de sang, d'autres boitaient en quittant les voitures renversées. L'une d'elles a été pliée en forme de L par le choc. La nuit a compliqué les opérations de recherches, les secouristes opérant au départ à l'aide de simples lampes de poche.

Ils ont dû avoir recours à des échelles pour monter sur les voitures renversées. L'une d'elle n'était plus qu'un amas de métal. Une large poutre métallique était enfoncée dans un autre wagon.

Le maire de Philadelphie s'est refusé à spéculer sur les causes du déraillement du train, qui est survenu peu après qu'il eut quitté la gare de la 30e rue à Philadelphie, ville située à mi-parcours entre Washington et New York.

Il a simplement évoqué "une courbe" à cet endroit.

Selon des témoins, le partie avant du train a commencé à vaciller alors qu'il prenait un virage, et les autres voitures ont alors déraillé.

Des passagers ont raconté avoir eu l'impression que le train freinait avant de dérailler.

Une équipe d'experts du NTSB, l'agence fédérale chargée d'enquêter sur les accidents dans les transports, s'est rendue sur place.

Des experts ont estimé que l'accident pourrait être dû à un défaut sur les rails ou autre défaillance.

Il s'est produit dans le même secteur qu'un des plus graves accidents ferroviaires survenu aux Etats-Unis, selon le New York Times. En septembre 1943, le jour du "Labour Day", un train de militaires avait déraillé près du même virage, faisant 79 morts et 117 blessés, selon la même source.

- Trains suspendus -

Tous les trains passant par Philadelphie restaient suspendus mercredi, affectant des milliers de voyageurs.

Max Helfman, 19 ans, qui était avec sa mère dans la dernière voiture, a ressenti les secousses avant que la voiture ne se renverse. "Les gens ont été projetés à terre", a-t-il raconté au journal Philadelphia Inquirer. "Les sièges se sont arrachés, les valises tombaient sur les passagers. Ma mère a volé sur moi et j'ai dû la rattraper. Les gens saignaient, c'était horrible".

"Des téléphones, des ordinateurs portables, tout volait", a aussi raconté Jeremy Wladis, un passager de 51 ans.

"Des femmes ont été propulsées sur les porte-bagages. Je ne sais pas comment elles y ont atterri", a-t-il dit au même journal.

"J'ai été projeté à droite, puis à gauche. Tous ceux qui étaient assis comme moi à gauche dans la voiture ont été projetés de l'autre côté", a raconté un ancien membre de la Chambre des représentants, Patrick Murphy, qui se trouvait alors dans la voiture restaurant du train. L'ancien élu a estimé que le train devait rouler à une centaine de km/h quand il a déraillé.

"Tout allait bien, et d'un seul coup nous nous sommes renversés", a raconté un autre voyageur, Don Kelleher.

Contrairement aux avions ou aux bus, il n'y a pas de ceintures de sécurité dans les trains.

bd/bdx