NOUVELLES
13/05/2015 15:07 EDT | Actualisé 13/05/2016 01:12 EDT

Un haut commandant de l'État islamique aurait été tué dans un raid en Irak

BAGDAD - Le ministère irakien de la Défense a affirmé mercredi qu'une frappe aérienne de la coalition menée par les États-Unis avait tué un haut commandant du groupe armé État islamique et d'autres extrémistes près de la ville de Mossoul, bien que le ministère irakien de l'Intérieur ait dit par la suite ne pas pouvoir déterminer si ce haut commandant avait même été blessé.Le ministère de la Défense a soutenu que la frappe aérienne avait tué Abou Alaa al-Afari et d'autres responsables qui tenaient une rencontre dans une mosquée de la ville Tal Afar, à 72 kilomètres à l'ouest de Mossoul, dans le nord de l'Irak.Le ministère a décrit Abou Alaa al-Afari comme l'adjoint principal du chef du groupe État islamique, Abou Bakr al-Bagdadi. Il n'a pas précisé le moment de l'offensive, pas plus qu'un bilan sur le terrain. Le ministère a tout de même présenté une vidéo en noir et blanc d'une frappe aérienne touchant un édifice.Un responsable du ministère de la Défense a affirmé à l'Associated Press que le raid avait eu lieu tard mardi. Il a parlé sous le couvert de l'anonymat, n'étant pas autorisé à en discuter avec les médias.Mais le porte-parole du ministère de l'Intérieur, le brigadier général Saad Maan Ibrahim, a contredit les informations de la Défense, disant que bien qu'Abou Alaa al-Afari ait été présent sur les lieux de la frappe aérienne, on ignorait ce qui était advenu de lui.Le porte-parole du Pentagone, le colonel américain Steve Warren, a affirmé que les États-Unis ne pouvaient confirmer de manière indépendante les informations selon lesquelles le haut commandant avait été tué.La coalition dirigée par les États-Unis a dit tôt mercredi avoir effectué une frappe aérienne dans la dernière journée près de Tal Afar, détruisant «une position de combat de l'État islamique et une mitrailleuse lourde de l'État islamique». Elle a indiqué plus tard pouvoir «confirmer que l'appareil de la coalition n'a pas frappé une mosquée».