NOUVELLES
13/05/2015 16:38 EDT | Actualisé 13/05/2016 01:12 EDT

Sans vraie tendance à la clôture, Wall Street garde un ton monotone

En finissant en ordre dispersé mercredi, Wall Street a poursuivi un début de semaine terne, malgré un chiffre attendu sur la consommation, qui n'a finalement guère influencé le marché: le Dow Jones a cédé 0,04%, mais le Nasdaq a pris 0,11%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a perdu 7,74 points à 18.060,49 points, tandis que le Nasdaq, à dominante technologique, a gagné 5,50 points à 4.981,69 points.

Le S&P 500, un indice élargi que de nombreux investisseurs jugent le plus représentatif, est resté presque stable, perdant 0,03%, soit 0,64 point, à 2.098,48 points.

La Bourse, qui a entamé la semaine par deux séances de légère baisse, a du mal à s'orienter depuis une nette hausse vendredi, qui avait suivi la publication de chiffres corrects, sans être exceptionnels, sur l'emploi américain en avril.

"Il ne s'est à peu près rien passé" mercredi, a résumé Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital. "Le marché n'a vraiment aucune direction (...) et son niveau varie peu."

La Bourse a manifestement peiné à interpréter le principal indicateur de la journée, une stagnation décevante des ventes de détail en avril, qui a en revanche nettement influencé le marché des changes en plombant le dollar.

"L'économie américaine ne semble pas aussi solide que le croyaient beaucoup de gens", a estimé Bill Lynch, de Hinsdale Associates. "On dirait que les consommateurs ont gardé de côté l'argent économisé à la pompe (en raison de la baisse des prix de l'énergie) au lieu de le dépenser. Comme la consommation compte pour deux tiers du produit intérieur brut (PIB), cela n'est pas bon signe pour la croissance".

A Wall Street, "les valeurs des transports ont nettement baissé", son indice sectoriel perdant plus de 1% au sein du Dow Jones, "manifestement à cause de ce chiffre médiocre sur les ventes de détail", a souligné M. Cardillo.

Néanmoins, dans l'ensemble, le marché ne s'est pas affolé face à cette déception qui, pour certains observateurs, présente un aspect rassurant en éloignant la perspective d'un relèvement imminent des taux de la banque centrale américaine (Fed), actuellement presque nuls.

Les marchés, qui attendent désormais un chiffre sur les prix jeudi et un autre sur la production industrielle vendredi, cherchent à anticiper le calendrier que suivra la banque centrale pour retirer son soutien à l'économie.

Le marché obligataire, qui chute depuis le milieu du mois dernier, a lui repris sa baisse.

Vers 20H15, le rendement des bons du Trésor à 30 ans montait à 3,082%, contre 3,018% la veille au soir, témoignant d'une baisse de la demande de dette américaine, et celui des bons à 10 ans avançait à 2,289% contre 2,256% précédemment.

jdy/jld/are