NOUVELLES
13/05/2015 15:15 EDT | Actualisé 13/05/2016 01:12 EDT

Les ventes au détail américaines sont restées stables en avril

WASHINGTON - Les consommateurs américains n'ont pas fait de folies en avril, leurs dépenses étant restées stables malgré une modeste hausse de leurs revenus par rapport à l'an dernier.Le département du Commerce des États-Unis a indiqué mercredi que les ventes au détail étaient restées inchangées le mois dernier, après avoir avancé de 1,1 pour cent en mars. Les ventes n'ont gagné que 0,9 pour cent au cours des 12 derniers mois.L'activité d'embauche soutenue n'a par ailleurs pas encore entraîné de hausse significative des revenus.Le rapport sur les ventes au détail soulève aussi la possibilité que les difficiles conditions hivernales ne puissent pas expliquer à elles seules les chiffres décevants des derniers mois sur les dépenses des consommateurs, puisque le rebond printanier anticipé ne semble pas s'être matérialisé.En avril, les Américains ont réduit leurs dépenses chez les concessionnaires automobiles, les magasins de meubles, les magasins de fournitures de construction, les stations-service, les supermarchés et les grands magasins.En excluant les catégories plus volatiles des automobiles, de l'essence, des matériaux de construction et des restaurants, les ventes étaient stables.Plusieurs économistes estiment que les ventes devraient s'améliorer une fois que la forte croissance du marché de l'emploi alimentera l'accélération de la croissance des revenus. Mais pour l'instant, la création de 3,1 millions d'emplois ces 12 derniers mois n'a pas vraiment fait grimper les chèques de paie à un rythme significativement plus rapide que l'inflation.Les salaires ont progressé de 2,2 pour cent ces 12 derniers mois, à peine davantage que l'inflation, a indiqué la semaine dernière le département du Travail.En outre, les prix de l'essence commencent à grimper, ce qui pourrait réduire les budgets de dépenses des consommateurs. Les prix à la pompe restent encore inférieurs à ceux de l'an dernier, mais lors de leurs précédentes baisses, les Américains ont plutôt choisi d'épargner plutôt que de dépenser.Les économistes suivent de près les rapports sur les ventes au détail parce qu'ils donnent une bonne indication, chaque mois, de la volonté des Américains à dépenser. Les dépenses des consommateurs représentent environ 70 pour cent de l'activité économique aux États-Unis. Malgré tout, les ventes au détail ne représentent qu'environ le tiers de ces dépenses, les services — comme les coupes de cheveux et les accès à Internet — étant responsables des deux autres tiers.