DIVERTISSEMENT
13/05/2015 04:48 EDT | Actualisé 13/05/2015 04:53 EDT

«Leo» de Syzzors: Astrologie, électro dream pop et beats puissants (ENTREVUE)

Alex Gilbert

Après l'EP Collage, Syzzors nous revient avec Leo, un nouveau maxi électro dream pop qui sera lancé le 14 mai prochain au Belmont dans une formule 6 à 8. Entre astrologie, beats puissants et influences pop diverses (on parle de Laroux, The XX et même d'Aqua), Syzzors présente un album dansant, mais également très réfléchi. Entrevue avec la sympathique formation montréalaise.

Le duo montréalais qui existe depuis 2012, constitué de Raphaëlle Chouinard et de Gabriel Tremblay, a accueilli Lisandre Bourdages dans ses rangs pour ce nouvel effort co-réalisé par Christophe Dubé et Simon Lévesque. Est-ce que Leo va dans la même direction que Collage? «Un peu des deux!» lance Raphaëlle. «C'est une base. Il y a plus de percussions, mais c'est le même son électro qu'on avait dans le premier EP.» Gabriel ajoute: «On va dans la même direction, mais on a bifurqué un peu.» Le premier extrait, Leeches, donne une bonne idée de la ligne directrice de Leo:

Cinq têtes en studio

C'est surtout l'ajout d'un troisième joueuse qui change la donne: «Ça ajoute une coche de plus avec Lisandre! C'est moins DIY!» avoue Raphaëlle. «Pour cet album, j'ai été là de A à Z» explique la principale intéressée. «Quand on est entré en studio, on savait exactement où on allait» s'exclame Gabriel. «Une vraie équipe de feu!» ajoute Raphaëlle en riant.

Si le trio a apporté la majorité des idées de ce maxi-EP, il a été aidé grandement par Christophe Dubé et Simon Lévesque, les réalisateurs. «Ça a été très collectif. On compose à trois. Que ce soit un riff de guitare, un beat de drum, une piste pour les paroles. On sort tout et on en discute. C'est souvent étonnant ce que ça donne! Et c'est super d'avoir un oeil extérieur.» analyse Raphaëlle.

Côté paroles, c'est la liberté totale. En commençant à créer Leo, les musiciens n'avaient pas de thème précis en tête. «On est allés au feeling.» Raphaëlle ajoute tout de suite: «On a quand même des sujets assez récurrents dans nos paroles: les relations amoureuses et amicales, la jeunesse, l'éphémère...»

Alors, pourquoi Leo? Rire collectif. «C'est mon signe astrologique, le Lion.» avoue Raphaëlle. «Je parle de ce que ça fait de vivre en étant un signe de feu. Je suis quelqu'un d'assez ésotérique. Ça fait partie de ma vie. Alors non, ce n'est pas le nom d'un petit garçon.» Gabriel - digne Taureau - et Lisandre - dynamique Bélier - ont eux aussi eu l'envie de se pencher sur le sujet.

Deux filles, un garçon: digne d'intérêt?

Pour un groupe qui «se cherche encore» selon les mots de Raphaëlle, est-ce que c'est facile de prendre sa place dans le milieu musical montréalais? «Ça frappe, que le groupe soit constitué de deux filles et un gars. En tant que musiciens multi-instrumentistes, ça donne un truc vraiment intéressant sur scène. Pourtant, c'est souvent plus notre sexe qui attire l'attention.» poursuit la chanteuse du groupe.

Et pourquoi? Gabriel enchaîne: «C'est un milieu où il y a peu de filles. On m'a souvent demandé si c'était un handicap.» Raphaëlle réagit au quart de tour. « Really? Mon sexe pourrait m'handicaper? Ma passion, c'est la musique. Peu importe mon sexe.» Lisandre réplique: «Je ne veux pas qu'on dise que je joue bien de la batterie pour une fille. Non. Je n'ai pas du tout envie que ce soit un argument de vente.»

En écoutant Leo, on peut déjà la rassurer. Les arguments sont multiples et mille fois plus pertinents.

Syzzors sera au Belmont le 14 mai dès 18h pour présenter son maxi-EP Leo.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST