NOUVELLES
13/05/2015 08:37 EDT | Actualisé 13/05/2016 01:12 EDT

Le Vatican reconnaît l'État palestinien dans un nouveau traité

Un premier accord officiel est sur le point de sceller la reconnaissance de l'État palestinien par le Saint-Siège. L'accord de principe est critiqué par Israël, qui y voit une embûche au processus de paix.

Le document finalisé mercredi porte sur le statut et les activités de l'Église catholique dans les territoires palestiniens et pourrait être signé ce dimanche lors de la visite au Vatican du président palestinien Mahmoud Abbas, à l'occasion de la canonisation de deux religieuses palestiniennes.

L'accord de principe exprime le soutien du Vatican à une solution de « la question palestinienne et du conflit entre Israéliens et Palestiniens dans le cadre de la formule de deux États », a souligné Mgr Antoine Camilleri, chef de la délégation du Saint-Siège, dans un entretien au quotidien du Vatican, l'Osservatore Romano.

À la suite de l'admission de la Palestine comme État observateur aux Nations unies, en novembre 2012, le Vatican a utilisé l'expression « État de Palestine » pour la première fois en février 2013.

Cette reconnaissance formelle ne promeut pas le processus de paix et éloigne les dirigeants palestiniens d'un retour aux négociations bilatérales et directes, a réagi le ministère israélien des Affaires, ajoutant que l'État hébreu étudiera l'accord et considérera ses actions subséquentes.

Plus de 130 États reconnaissent la Palestine, mais peu d'États occidentaux font partie de ce groupe. Le gouvernement suédois a reconnu la Palestine en octobre 2014, tandis que des élus français et britanniques ont voté en ce sens, sans que la politique étrangère de leur pays reconnaisse officiellement la Palestine.

La reconnaissance de l'État palestinien au fil des ans

Source : Mission permanente d'observation de l'État palestinien auprès des Nations unies, via lemonde.fr