DIVERTISSEMENT
13/05/2015 07:04 EDT | Actualisé 13/05/2015 07:05 EDT

Galas Juste pour rire 2015 : pardonnez-nous nos offenses...

Flickr: tiseb

Le 33e Festival Juste pour rire (JPR) approche à grands pas. Mercredi matin, les animateurs des sept Galas Vidéotron étaient réunis à l’Église Saint John The Evangelist, dans le Quartier des Spectacles. Drôle de lieu? C’est que, cette année, les Galas se tiennent sous le thème des «Sept péchés capitaux», après les «Obsessions des Québécois» (2013) et les «Têtes de turc des Québécois» (2014).

On a donc accolé à chacun des humoristes-animateurs un péché à exploiter pendant sa soirée. Certaines associations allaient de soi, alors que d’autres têtes d’affiche s’éclateront dans un véritable contre-emploi. Par exemple, la colère sied bien au personnage constamment outré de François Bellefeuille, mais on n’aurait peut-être pas imaginé d’emblée Laurent Paquin jaser de luxure, ou André Sauvé, de gourmandise. Philippe Laprise a hérité de la notion d’orgueil, Guy Nantel, de l’avarice, et le duo Maxim Martin – Anaïs Favron, de l’envie. Enfin, Guy Jodoin examinera la paresse. André Sauvé, Philippe Laprise et Guy Jodoin en sont tous à leur première expérience à la barre d’un Gala JPR.

À tour de rôle, mercredi, les hôtes des Galas ont dévoilé quelques-uns des invités qui les accompagneront sur scène (consultez notre liste, plus bas). Tous les artistes confirmés jusqu’ici ont concocté des numéros originaux, spécialement pour l’occasion.

«C’est parfois compliqué de trouver un bon thème, qui sera assez large pour donner du jus aux humoristes, observe Christian Viau, directeur de la programmation des Galas JPR. À date, cette année, nous n’avons aucun numéro tiré d’un spectacle, d’un one man show.»

«En ce moment, c’est incontournable pour nous d’avoir un thème pour lier les Galas entre eux. Sur scène, les réactions du public sont excellentes. Les gens savent dans quelle atmosphère ils se retrouveront avec chaque sujet, il y a plus de cohérence», ajoute Christian Viau.

Wagner à toutes les sauces

Nouveauté cette année : on a demandé à Guillaume Wagner d’offrir une prestation dans chacun des sept Galas. Dans ses monologues, l’irrévérencieux jeune homme se moquera ainsi du côté religieux de chaque péché et le tournera en dérision. Ce sera le fil conducteur qui liera les sept Galas. Élevé dans une famille aux valeurs religieuses et conservatrices, Wagner en a long à dire sur les mentalités parfois puristes des Québécois, et il se promet de dire toute la vérité, rien que la vérité, il le jure.

«C’est un test, indique Christian Viau. Guillaume se prêtait bien à ça, avec l’aspect religieux de chaque péché. Il fallait non seulement trouver quelqu’un d’assez cinglant, mais aussi un travailleur acharné, qui a une plume extraordinaire, capable d’écrire sept numéros. C’est presque un spectacle complet.»

«C’est une heure complète de nouveau matériel, expose à son tour Guillaume Wagner. J’avais le temps de le faire, j’avais le goût de relever ce défi.»

«Pour moi, les Galas JPR demeurent une bête à dompter, parce que c’est plus «grand public» que ce que je fais normalement. J’aime l’idée de confronter mes idées dans des endroits où elles ne sont pas toujours bien reçues. Ça élargit mes horizons», continue celui qui reconnaît sans gêne qu’il «gâchera la soirée des petites madames» venues assister aux Galas JPR, et qui ne l’aiment pas nécessairement.

Guillaume Wagner avance d’ailleurs qu’il s’aventure souvent en terrain glissant en traitant de certaines tares de l’être humain, comme l’avarice ou la paresse. La matière ne lui manque pas et, parfois, les oreilles chastes devront s’abstenir…

«On est très judéo-chrétiens, les Québécois, sans s’en rendre compte, souligne Guillaume. On pense que tout est correct, parce qu’on a tassé la religion depuis longtemps, mais non. Par exemple, si on parle de l’avarice, au Québec, on a encore un problème avec l’argent. On n’a pas une mentalité de riches ; être pauvre, c’est vu comme une qualité. Ce qui a pour conséquence qu’on se fait souvent avoir. On a peur de l’argent. C’est assez facile de trouver l’aspect judéo-chrétien dans les sept péchés capitaux»

«Torcher» Yvon Deschamps

Le dernier humoriste à s’être frotté au marathon de plusieurs Galas JPR consécutifs, une même année, est Yvon Deschamps. En 2007, Deschamps avait fait un saut à 11 des 14 Galas du Festival, avec du nouveau matériel et des numéros mythiques de son répertoire. Depuis, aucun autre comique n’a tenté l’expérience, ce qui a fait dire à Guillaume Wagner, mercredi, une phrase qui le suivra peut-être longtemps. «Je torche Yvon Deschamps!», s’est-il exclamé au micro, de son air fendant. Bien sûr, Wagner n’a pas pris de temps à altérer son propos par la suite.

«Je torche zéro Yvon Deschamps, s’est-il excusé en riant. C’est seulement une joke baveuse dans mon style…»

Tous les Galas Juste pour rire seront présentés deux fois par soir, à 18h30 et 21h30, à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Lorsque diffusés à TVA quelques mois après le Festival JPR, les Galas Vidéotron ont récolté, à l’hiver 2015, une moyenne d’écoute tournant autour de 700 000 téléspectateurs, une baisse par rapport à l’année précédente, due à un changement de case-horaire. En 2014, les Galas occupaient la plage du jeudi, à 21h et, en 2015, ils étaient logés une heure plus tôt, à 20h, contre Prière de ne pas envoyer de fleurs, à Radio-Canada.

Le 33e Festival Juste pour rire se tiendra du 11 au 26 juillet 2015. Consultez le hahaha.com pour billets et informations.

Voici un bref aperçu de ce qui attend les spectateurs des Galas Juste pour rire 2015

La colère – Animé par François Bellefeuille

Dates : 11 et 12 juillet

Invités : Korine Côté, Laurent Paquin, Billy Tellier, Guillaume Wagner

Mise en scène : Réal Béland

Thèmes abordés : On prépare une thérapie par le défoulement, où il sera notamment question de service à la clientèle et… de coriandre.

La luxure – Animé par Laurent Paquin

Dates : 13 et 14 juillet

Invités : Dominic et Martin, Maxim Martin, François Bellefeuille, Guillaume Wagner

Mise en scène : Guy Lévesque

Thèmes abordés : Une orgie de rires, ça vous dit? Halte à la pudeur, on s’attaque au péché le plus tabou, en traitant notamment de kamasutra et des réseaux sociaux.

La gourmandise – Animé par André Sauvé

Date : 15 juillet

Invités : Lise Dion, Olivier Martineau, Jean-François Mercier, les Denis Drolet, Guillaume Wagner

Mise en scène : Josée Fortier et Christian Viau

Thèmes abordés : Un banquet gargantuesque de gags sucrés ou salés qui, on l’espère, ne feront engraisser personne et ne tomberont pas sur le cœur. Mais si la gourmandise ne se limitait pas qu’à la nourriture? Si le simple fait d’être vorace dans tous les aspects de son existence était aussi considéré comme de la gourmandise? On décortiquera le sujet, et on décochera entre autres quelques flèches aux personnages liés aux produits alimentaires. Uncle Ben et Aunt Jemima n’ont qu’à bien se tenir…

L’orgueil – Animé par Philippe Laprise

Date : 16 juillet

Invités : Pierre Hébert, Mario Jean, Réal Béland, Guillaume Wagner

Mise en scène : Nicolas Boucher

Thèmes abordés : «Je vais prouver au Québec que je n’ai pas d’orgueil!», a lancé Philippe Laprise devant les journalistes. En plus des artistes énumérés ici, des comédiens devraient effectuer des apparitions-surprises dans des numéros inattendus. Réal Béland ramènera Monsieur Latreille et ses tours au téléphone, et Mario Jean accomplira un retour à Juste pour rire après 8 ans d’absence. Péchés de vantardise ou d’humilité, il y en aura pour tous les goûts…

L’envie – Animé par Maxim Martin et Anaïs Favron

Date : 17 juillet

Invités : Adib Alkhalidey, Sylvain Larocque, Dominic et Martin, les Denis Drolet, Guillaume Wagner

Mise en scène : Pierre-François Legendre

Thèmes abordés : Ne dit-on pas que l’herbe est toujours plus verte chez le voisin? «De l’envie, il y en a partout en ce moment», clame Anaïs Favron. On nous promet déjà un «trio de chauves» rassemblant Maxim Martin, Sylvain Larocque et Guillaume Wagner, de même qu’un segment qui s’annonce hilarant, où les Denis Drolet et Dominic et Martin seront ensemble sur scène et détailleront leurs différences. De sa collaboratrice Anaïs, avec qui il a animé un premier Gala Juste pour rire l’an dernier, Maxim Martin dit qu’il vit avec elle «[sa] plus longue relation avec une femme depuis longtemps» De quoi faire des jaloux, peut-être…?

L’avarice – Animé par Guy Nantel

Date : 18 juillet

<strong>Invités : Emmanuel Bilodeau, les Denis Drolet, Virginie Fortin, Jean-François Mercier, Qw4rtz, Guillaume Wagner

Mise en scène : Stéphane Fortin

Thèmes abordés : Vous en aurez sûrement pour votre argent avec ce Gala, et ça vaut la peine de gratter vos fonds de tiroir pour y assister, car Guy Nantel, qui n’a pas piloté de soirée du genre depuis trois ans, y interprétera son personnage de sans-abri, qu’il n’a pas incarné depuis plusieurs années. Emmanuel Bilodeau tirera à boulets rouges sur Canadien Tire, et Virginie Fortin apportera aussi son grain de sel. «On n’a pas d’entracte, mais on a une fille au milieu du spectacle», a badiné Guy Nantel, mercredi. Restons avares de commentaires sur cette blague…

La paresse – Animé par Guy Jodoin

Date : 19 juillet

Invités : Lise Dion, Emmanuel Bilodeau, Stéphane Fallu, Philippe Laprise, Jean-François Mercier, Guillaume Wagner

Mise en scène : Jonathan Racine

Thèmes abordés : Comme un cégépien qui communie à l’autel de la procrastination, Guy Jodoin a expliqué qu’il attendrait deux jours avant son Gala pour se mettre à la tâche, écrire ses textes et répéter. Doit-on le croire? Ses invités, eux, n’ont pas flâné et sont déjà prêts. Stéphane Fallu donnera par exemple un cours de «paresse 101» à Jean-François Mercier, et on a concocté un numéro de groupe portant sur... la pâte à dents. Pas question de s’endormir avant d’entendre cette tirade…

Quelques faits intéressants sur les Galas Juste pour rire

- Depuis 1983, 210 Galas ont été présentés au Théâtre St-Denis. Depuis 2011, ils ont lieu à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.

- Depuis 1983, plus de 500 humoristes et artistes d’ici et d’ailleurs ont participé aux Galas Juste pour rire.

- Alors que le Festival Juste pour rire est le plus grand rassemblement d’humour au monde, les Galas constituent sa plus ancienne tradition.

- Laurent Paquin a déjà brisé un record d’animation de Galas Juste pour rire. Il en sera à sa 12e expérience du genre cet été.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Photo Gallery
Juste pour Rire «Les vedettes»
See Gallery