NOUVELLES
13/05/2015 11:16 EDT | Actualisé 13/05/2016 01:12 EDT

France: non lieu confirmé en appel pour le mystérieux naufrage d'un chalutier en Manche

Onze ans après la mort de cinq marins dans le naufrage d'un chalutier en Manche, la justice française a classé mercredi l'affaire, au grand dam des familles convaincues de l'implication d'un sous-marin de l'Otan, et qui réclamaient la poursuite des investigations.

La cour d'appel de Rennes (ouest) a suivi les réquisitions du parquet et confirmé un non-lieu prononcé il y a un an.

Le chalutier Bugaled Breizh avait sombré au sud-ouest de l'Angleterre le 15 janvier 2004, avec ses cinq membres d'équipage français, dans des circonstances jamais élucidées.

Les proches des victimes continuent de croire que le bateau a été envoyé par le fond par un sous-marin qui se serait pris dans ses filets. Des manoeuvres internationales avec des submersibles de diverses nationalités, y compris français, se déroulaient dans la zone où il était en train de pêcher au moment de l'accident.

Mais l'enquête des juges d'instruction, qui s'est plusieurs fois heurtée au secret défense, n'a pas validé cette thèse.

Lors d'une audience début mars, le parquet avait concédé qu'il existait "toujours deux hypothèses" pouvant expliquer le naufrage, l'accident de mer et l'accrochage avec un sous-marin, "extrêmement crédibles" toutes les deux.

Pour autant, il avait estimé qu'il fallait "avoir le courage de dire qu'on ne peut pas continuer indéfiniment une enquête quand on a la certitude qu'il n'y a plus la moindre chance de prouver quoi que ce soit".

Le classement de l'affaire ne signifie pas pour autant sa clôture définitive: interrogé par l'AFP avant la décision de mercredi, l'un des avocats des familles avait annoncé son intention de saisir la Cour de cassation, la plus haute instance judiciaire française, en cas de confirmation du non-lieu, voire de porter l'affaire jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme.

mcl-bar/bpi/nou/cls