NOUVELLES
13/05/2015 14:17 EDT | Actualisé 13/05/2016 01:12 EDT

Déraillement de train à Philadelphie: le bilan s'alourdit, la vitesse évoquée

Le bilan s'alourdissait mercredi au lendemain du déraillement d'un train à Philadelphie (est des Etats-Unis) qui a fait au moins six morts, sept selon certains médias, et plus de 200 blessés, tandis que la piste d'un excès de vitesse était évoquée.

Le maire de Philadelphie Michael Nutter s'est refusé à spéculer sur les causes du déraillement, survenu mardi soir vers 21H30 (01H30 GMT mercredi) peu après qu'il eut quitté la gare de la 30e rue à Philadelphie, ville située à mi-parcours entre Washington et New York.

Mais selon le Wall Street Journal, le train roulait à plus de 100 miles (150 kilomètres) par heure quand il a pris un tournant dans lequel il a déraillé, alors que la vitesse est limitée à cet endroit à 50 km/h.

Selon le maire, la boîte noire a été retrouvée et le conducteur du train, blessé, a été interrogé par la police.

L'accident s'est produit dans un quartier pauvre du nord de la ville de Philadelphie, où les baraquements succèdent aux usines le long de la voie de chemin de fer.

Iwina Washington, 27 ans, était sous le porche de sa maison avec son cousin Robert Ross, 28 ans, quand l'accident s'est produit. Ils n'ont rien entendu mais vu une forte lumière.

"Pendant une seconde on s'est crû en plein jour", a raconté mercredi à l'AFP Mme Washington.

En se rendant sur les lieux du drame, ils ont découvert un film d'horreur. "Beaucoup de personnes sortaient (du train) comme des fous", avec du sang sur le visage, l'air abasourdi et perdu. "Ca ressemblait un épisode de +The Walking Dead+" (le mort-vivant).

Les autorités compilent toujours la liste des passagers du train, dont certains n'ont pas été encore localisés. Certains pourraient avoir manqué le train ou ont peut-être quitté les lieux de l'accident par eux-mêmes, a expliqué le maire.

Depuis le toit d'un bâtiment industriel, des journalistes de l'AFP pouvaient voir à environ 1 kilomètre trois wagons couchés sortis de la voie, avec une grue qui essayait de déposer des équipements pour découper le métal enchevêtré.

Des équipes de secours continuaient à explorer mercredi les wagons retournés pour s'assurer que personne n'y restait coincé.

"Plus de 200 personnes ont été traitées dans nos hôpitaux hier soir et ce matin", a précisé une responsable des opérations d'urgence de Philadelphie, Samantha Phillips.

- Subventions réduites pour Amtrak -

Huit des blessés sont dans un état critique. La plupart des blessés souffrent de fractures, bras, jambes, et côtes, a précisé un médecin de l'hôpital Temple University Hospital de Philadelphie, Herbert Cushing, racontant que les blessés lui avaient décrit des scènes de chaos, des passagers tombant les uns sur les autres après le déraillement, notamment dans les dernières voitures du train.

Le président Barack Obama a fait part de son immense tristesse, saluant le travail des secours "qui travaillent sans relâche pour sauver des vies".

Le train effectuait la liaison Washington-New York, une ligne extrêmement fréquentée mais à l'infrastructure vieillissante. Il a déraillé à proximité d'un virage.

243 personnes, dont cinq employés de la compagnie ferroviaire Amtrak se trouvaient à bord du train régional 188. Six voitures et la locomotive ont déraillé, trois wagons se sont couchés et l'un d'eux était complètement sur le dos.

De nombreux blessés ont pu quitter l'hôpital mercredi. Beaucoup n'étaient pas de Philadelphie, mais de New York, Washington, ou du New Jersey, selon les autorités.

Une équipe d'experts du NTSB arrivée sur place va analyser les données du train, sa vitesse, "la performance humaine", et les aspects mécaniques, a précisé un responsable, Robert Sumwalt.

La nuit a compliqué les opérations de recherches, les secouristes opérant au départ à l'aide de simples lampes de poche.

Ils ont dû avoir recours à des échelles pour monter sur les voitures renversées. L'une d'elle n'était plus qu'un amas de métal. Une large poutre métallique était enfoncée dans un autre wagon.

Selon des témoins, la partie avant du train a commencé à vaciller alors qu'il prenait un virage, et les autres voitures ont alors déraillé.

L'accident s'est produit dans le même secteur qu'une des plus graves catastrophes ferroviaires survenue aux Etats-Unis, selon le New York Times: en septembre 1943, un train de militaires avait déraillé près du même virage, faisant 79 morts et 117 blessés.

Tous les trains passant par Philadelphie restaient suspendus mercredi, affectant des milliers de voyageurs.

Le vice-président américain, Joe Biden, a exprimé sa solidarité avec les victimes en rappelant qu'Amtrak était "comme une deuxième famille pour" lui. Veuf en 1972, M. Biden a continué à s'occuper de sa famille en prenant le train quotidiennement entre Wilmington (Delaware) et Washington DC.

Le sénateur démocrate du New Jersey Robert Menendez a appelé sur Twitter à "investir dans les rails, les ports, les routes et les ponts de l'Amérique".

Mais au Congrès, la majorité républicaine refuse les hausses de crédits réclamés par Barack Obama pour les infrastructures ferroviaires.

Les républicains proposent ainsi, pour l'année budgétaire 2016, de réduire les subventions fédérales à Amtrak de 18% par rapport à 2015.

bd-are/vog