Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un groupe dénonce les agressions sexuelles commises par des Casques bleus

A United Nations flag waves as Spanish U.N. peacekeepers carry out a foot patrol in the disputed Chebaa Farms area between Lebanon and Israel, in southeast Lebanon, Tuesday Feb. 24, 2015. A Spanish peacekeeper was killed in south Lebanon last month during a flare-up in hostilities between Israel and Hezbollah. The U.N. peacekeeping force known as UNIFIL has been deployed in south Lebanon since 1978 and monitors the border between Lebanon and Israel. (AP Photo/Hussein Malla)
A United Nations flag waves as Spanish U.N. peacekeepers carry out a foot patrol in the disputed Chebaa Farms area between Lebanon and Israel, in southeast Lebanon, Tuesday Feb. 24, 2015. A Spanish peacekeeper was killed in south Lebanon last month during a flare-up in hostilities between Israel and Hezbollah. The U.N. peacekeeping force known as UNIFIL has been deployed in south Lebanon since 1978 and monitors the border between Lebanon and Israel. (AP Photo/Hussein Malla)

OTTAWA _ Un groupe international, dont font partie deux éminents Canadiens, a lancé une campagne dénonçant les agressions sexuelles commises par des Casques bleus et des employés des Nations unies.

Le groupe, baptisé Code bleu, compte parmi ses membres Roméo Dallaire, ex-général et sénateur à la retraite, et Stephen Lewis, ancien ambassadeur du Canada à l'ONU.

Le groupe exige que le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, lève l'immunité diplomatique protégeant les employés de l'organisation contre les plaintes judiciaires.

Selon M. Lewis, l'inaction du secrétaire général de l'ONU dans ce dossier rend risible son engagement annuel à ne tolérer aucune agression.

L'une des organisatrices de la campagne, Paula Donovan, affirme que l'appui du Canada est nécessaire car c'est un Canadien, Lester B. Pearson, qui a créé le concept des opérations de maintien de la paix. En raison de cela, le pays a un grand intérêt à en protéger l'intégrité, dit-elle.

La campagne coïncide avec le scandale ayant éclaté le mois dernier en République centrafricaine, où des soldats français sont soupçonnés d'agressions sexuelles contre des garçons, dont certains étaient âgés de 9 ans.

Selon une militante des causes humanitaires, la Mozambicaine Graça Machel _ qui a été la première à documenter la prostitution juvénile dans six pays ayant accueilli des Casques bleus, il y a 19 ans _, ce dernier scandale démontre que la situation a encore empiré.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.