NOUVELLES
13/05/2015 15:45 EDT | Actualisé 13/05/2016 01:12 EDT

Coop Atlantique se retire du commerce de gros et de détail des aliments

MONCTON, N.-B. - Coop Atlantique se retirera des secteurs du commerce de gros et du commerce de détail des produits alimentaires et de l'essence, et vendra ces éléments d'actifs. La coopérative du Nouveau-Brunswick a indiqué mercredi que ses membres propriétaires avaient voté en faveur de la vente des commerces de détail dans ces secteurs, de même que des actifs dans le commerce de gros, comme le recommandait le conseil d'administration le mois dernier.L'entreprise, établie à Moncton, a indiqué qu'elle peut maintenant aller de l'avant avec la convention d'achat proposée par Sobeys pour ses actifs liés au commerce de l'alimentation et de l'essence. Ce processus pourrait cependant prendre plusieurs mois.La coopérative admet que cette décision aura des répercussions sur ses effectifs, mais on ne connaîtra qu'après la vente le nombre exact de postes qui seront touchés et le moment auquel l'impact se fera sentir.Selon le chef de la direction par intérim de Coop Atlantique, Bryan Inglis, «la décision prise par les membres propriétaires est le meilleur moyen de garantir la viabilité à long terme d'environ 60 coopératives indépendantes partout dans la région», qui pourront se trouver un nouveau fournisseur.Sobeys aurait même entrepris déjà des démarches pour rencontrer chacun de ces magasins afin de négocier une entente d'approvisionnement. Coop Atlantique regroupe plus d’une centaine d’entreprises coopératives dans l’ensemble de la région atlantique. Elle fournit des services et des produits dans les secteurs de l’alimentation et de l’énergie, mais aussi de l’agriculture, du logement social et de l’immobilier, à des organismes et entreprises dans plus de 150 communautés.L'entreprise effectue présentement un examen complet des autres secteurs d'activité, notamment l'agriculture, les produits pétroliers et le logement, après quoi «elle sera mieux placée pour déterminer les prochaines étapes à franchir».