NOUVELLES
13/05/2015 10:24 EDT | Actualisé 13/05/2016 01:12 EDT

Caribou forestier : le forestier en chef croit que Québec doit revoir sa méthode d’exploitation de la forêt

Une étude du forestier en chef conclut que l'habitat du caribou forestier est menacé si la récolte de bois ainsi que les mesures de protection et d'aménagement actuelles se poursuivent.

Dans son analyse, Gérard Szaraz souligne que la moitié du territoire où vit le caribou forestier présente un taux de perturbation qui va d'élevé à très élevée.

M. Szaraz recommande d'ailleurs au ministère des Forêts de poursuivre les analyses et de fixer des taux de perturbation à court et long terme pour éviter la disparition de l'espèce.

« D'une part on veut s'assurer que l'effort économique qu'on demande est raisonnable et d'autre part, on vise à protéger l'habitat du caribou forestier. C'est de trouver le point d'équilibre », souligne Gérard Szaraz.

Le forestier en chef demande au gouvernement du Québec d'intégrer les nouvelles connaissances liées à la protection de l'habitat du caribou forestier dans ses prochains calculs sur les volumes de bois disponibles à la récolte forestière.

Des élus préoccupés

L'étude du forestier en chef est préoccupante pour le préfet de la municipalité régionale de comté (MRC) Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin.

Jean-Pierre Boivin rappelle que des élus de la région ont déjà demandé à ce que des études plus poussées soient réalisées puisque plusieurs inconnus subsistent.

Il croit que cette requête a toujours sa pertinence, malgré les conclusions du forestier en chef.

« Il y a des secteurs au Canada, particulièrement en Ontario ou dans l'Ouest, où il y a beaucoup de perturbation et il y a plus de caribous et il y a des secteurs où il n'y a pas de perturbations et il n'y a pas de caribou. Je pense qu'il y a des études qu'on pourrait approfondir. Il va y en avoir dans le cadre du Plan Nord certainement, et ça pourrait nous amener à des conclusions différentes de ce que le chef forestier a proposé ce matin », croit Jean-Pierre Boivin.