NOUVELLES
13/05/2015 09:42 EDT | Actualisé 13/05/2016 01:12 EDT

Bangladesh : manifestation après le meurtre d'un troisième blogueur

Des défenseurs de la liberté d'expression ont manifesté mercredi à Sylhet au Bangladesh pour réclamer justice après le meurtre la veille d'un blogueur, alors que la Suède était critiquée pour lui avoir refusé un visa.

Ananta Bijoy Das, banquier de 33 ans, éditeur et blogueur, a été tué mardi en se rendant à son travail à Sylhet, un meurtre qui, selon d'autres écrivains, met en lumière la culture d'impunité qui règne dans le pays.

Das est le troisième blogueur tué depuis février dans ce pays où 90% des habitants sont musulmans. Des meurtres dont sont soupçonnés des islamistes.

Une organisation pour la liberté d'expression, le PEN club suédois, a critiqué la Suède, mercredi Stockholm, pour avoir refusé un visa à ce blogueur.

Selon le PEN club, il aurait pu échapper à ses meurtriers si l'ambassade de Suède à Dacca lui avait accordé le visa qu'il demandait.

Un porte-parole du ministère suédois des Affaires étrangères, Kent Öberg, a confirmé à l'AFP le rejet par son ambassade de la demande de M. Das, sans fournir de détails.

"Nous voulons savoir d'où l'ordre est venu", a expliqué à l'AFP Elnaz Baghlanian, une représentante du PEN club, qui promeut la coopération entre les auteurs et défend la liberté d'expression.

Les manifestants, essentiellement des étudiants, ont défilé pacifiquement à Sylhet, ville du nord-est du Bangladesh, accusant le gouvernement de ne pas protéger les libre-penseurs et l'exhortant à empêcher cette "force du mal".

"Ce meurtre ne nous fera pas taire", ont dit les manifestants qui ont marché sur une grande artère de la ville avant de se rendre à l'université, bastion laïc.

"Nous voulons la justice pour Ananta et les autres blogueurs assassinés par des militants islamistes. Le gouvernement doit écraser cette force du mal", a dit à l'AFP Debashish Debu, défenseur du sécularisme qui s'est joint à la manifestation.

Le blogueur américain d'origine bangladeshie Avijit Roy avait été tué à coups de machette en février à Dacca, puis un autre blogueur, Washiqur Rahman, avait été assassiné dans des conditions similaires en mars dans la capitale.

Ces meurtres ont suscité une réprobation internationale, le Département d'Etat américain ayant réclamé mardi aux autorités bangladaises de "retrouver et de traduire en justice les responsables".

Les manifestants à Sylhet avaient demandé une grève générale, selon la police, mais ils n'ont pas été suivis.

"Quelques dizaines de jeunes manifestants ont organisé deux marches de soutien à la grève", a dit un responsable de la police de la ville Faisal Mahmud à l'AFP.

La police soupçonne des militants islamistes d'être derrière ce dernier meurtre même si elle n'a pour l'instant procédé à aucune arrestation, a dit le policier.

"Il y a des similarités avec les précédents meurtres de blogueurs. Nous soupçonnons des militants islamistes d'être derrière ce meurtre", a-t-il dit à l'AFP.

Selon ses amis, Das avait été placé sur une liste de cibles par des extrémistes que l'on retrouve derrière le meurtre de Roy.

L'ONG américaine Human Rights Watch a estimé que ces meurtres montrent une montée "alarmante" de l'intolérance envers la liberté religieuse et la liberté d'expression au Bangladesh.

sa/tha/ef/jh/ial/