NOUVELLES
13/05/2015 15:29 EDT | Actualisé 13/05/2016 01:12 EDT

ATP/WTA - Rome : Andy Murray est bien présent

Andy Murray a validé sa décision de s'aligner au Masters 1000 de Rome, après sa victoire à Madrid, en se qualifiant avec autorité mercredi pour les huitièmes de finale, tout comme Rafael Nadal, finaliste dans la capitale espagnole.

Fatigué par son enchaînement de victoires à Munich (Allemagne) et au Masters 1000 de Madrid - les deux premiers titres de sa carrière sur terre battue -, Murray, N.3 mondial, avait hésité jusqu'au dernier moment à fouler les courts romains.

Le Britannique s'est finalement décidé à le faire pour profiter de sa forme actuelle dans un tournoi qui lui a rarement réussi. Il n'a atteint que deux fois les quarts de finale à Rome, l'an passé et en 2011 quand il avait été demi-finaliste.

Le choix était apparemment le bon, puisqu'il s'est montré très solide pour son premier match face à Jérémy Chardy (N.38), battu sans discussion aucune (6-4, 6-3).

L'Ecossais est apparu très en jambes contre le Français, qui n'a pourtant pas hésité à le bousculer. Murray a encaissé stoïquement les assauts de Chardy, qui a laissé passer sa chance dans le premier set en ne concrétisant pas les deux balles de break qu'il s'est procurées à 3-2.

Il a tenu son engagement puis breaké dans la foulée, pour signer sa 10e victoire consécutive sur terre battue. Il reste invaincu sur la surface cette saison.

"Je me sentais un peu fatigué au début, mais j'ai commencé à me sentir mieux après quelques jeux", a-t-il expliqué. "Et au final, je pense avoir joué un très bon match."

"Il a très bien servi pendant un set et demi et c'était difficile pour moi", a-t-il observé. "Mais je me suis accroché et je pense que j'ai plutôt bien bougé. Je ne lui ai pas laissé beaucoup d'opportunités après ce jeu à 3-2 dans le premier set."

- Retour en forme pour Azarenka -

Battu par Murray en finale à Madrid, Nadal (N.7) s'est encore plus aisément hissé en huitièmes. Son adversaire du jour, le Turc Marsel Ilhan (N.87), sorti des qualifications, n'avait que peu d'argument à lui opposer (6-2, 6-0).

L'Espagnol, septuple vainqueur du tournoi romain (2005, 2006, 2007, 2009, 2010, 2012 et 2013), devrait subir un test un peu plus intéressant au prochain tour contre l'Américain John Isner (N.17).

Autre homme en forme de cette saison sur terre battue (victoire à Barcelone, demi-finale à Madrid), Kei Nishikori (N.6) a semblé moins saignant que ces dernières semaines.

Le Japonais a dû sauver quatre balles de set dans la première manche avant de prendre le dessus (7-6 (7/3), 7-5), après tout de même une bataille de 2 h 10 min, sur le jeune (21 ans) Tchèque Jiri Vesely (N.40).

Roger Federer (N.2) a imité ses rivaux en maîtrisant (7-6 (7/3), 6-4) l'Uruguayen Pablo Cuevas (N.24), qu'il avait déjà battu il y a dix en jours en finale du tournoi d'Istanbul.

Le Suisse pouvait craindre ce match, contre un bon spécialiste de la terre battue. Il devait aussi faire oublier son élimination dès son entrée en lice à Madrid, face à l'Australien Nick Kyrgios.

Dans le tableau féminin, Simona Halep (N.2) s'est remise de son élimination au premier tour à Madrid par la Française Alizé Cornet. La Roumaine n'a laissé aucune chance (6-3, 6-0) à l'Américaine Alison Riske (N.45).

Victoria Azarenka (N.29), ex-N.1 mondiale redescendue au classement WTA après une année 2014 perturbée par les blessures, a de son côté confirmé son retour en forme en infligeant une quatrième défaite consécutive (6-2, 7-6 (7/2)) à la Danoise Caroline Wozniacki (N.5).

En progrès constants, la Bélarusse avait inquiété la N.1 mondiale Serena Williams en huitièmes à Madrid. L'Américaine avait sauvé trois balles de match avant de s'imposer.

cyb/pyv