NOUVELLES
13/05/2015 16:04 EDT | Actualisé 13/05/2016 01:12 EDT

Accords de libre-échange: le Sénat américain revotera jeudi après un compromis

Le Sénat américain votera de nouveau jeudi sur une loi réclamée par Barack Obama pour négocier plus facilement des accords de libre-échange, deux jours après un revers pour le président américain.

Les chefs de la majorité républicaine et de la minorité démocrate du Sénat, Mitch McConnell et Harry Reid, se sont mis d'accord mercredi pour organiser un important vote de procédure sur une loi donnant des pouvoirs accrus à l'exécutif pour conclure des accords commerciaux, jeudi à 18H00 GMT.

En cas de vote positif, les débats sur cette loi pourront commencer.

La proposition de loi vise à établir une procédure accélérée, dite TPA selon ses initiales en anglais ("Trade Promotion Authority"), pour que le Congrès approuve ou rejette, sans possibilité d'amendement ni d'obstruction, tout accord de libre-échange négocié par l'exécutif, et ce jusqu'en juillet 2018 ou 2021 si le prochain président requérait une prolongation. Elle fixerait aussi des objectifs de négociation.

Le vote de procédure vise seulement à commencer les débats, mais avait échoué mardi au Sénat, à la suite d'une rébellion du groupe démocrate, emmené par son aile protectionniste.

Les démocrates disaient avoir fait obstruction pour exiger des garanties sur l'adoption de plusieurs autres lois liées au commerce international. Les sénateurs voteront finalement jeudi à 16H00 GMT sur deux de ces lois.

Ils voteront ensuite pour ouvrir les débats sur la loi de procédure accélérée, fusionnée à un texte renouvelant un programme d'aides pour les travailleurs américains affectés par les accords de libre-échange.

A la suite du camouflet de mardi, dix sénateurs démocrates réputés favorables au libre-échange avaient été invités à la Maison Blanche pour rencontrer Barack Obama.

Le président américain a fait de la conclusion d'un gigantesque accord commercial avec 11 autres pays de la région Asie-Pacifique une priorité de la fin de son mandat, mais il exige du Congrès qu'il lui délègue des pouvoirs accrus afin de finaliser les pourparlers.

ico/are