POLITIQUE
12/05/2015 03:36 EDT | Actualisé 13/05/2015 11:03 EDT

Hausse des tarifs dans les CHSLD: le ministre Gaétan Barrette recule

La hausse des tarifs que subiront les usagers des centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD) sera limitée à l'inflation, a annoncé mardi le ministre de la Santé du Québec. Certains usagers plus pauvres pourraient même voir leur facture baisser, assure Gaétan Barrette, en raison d'une nouvelle méthode de calcul des contributions.

« On a convenu à l'interne que nous allions limiter la contribution de l'usager à l'inflation, ainsi que la contribution gouvernementale », a indiqué le ministre à l'émission Pas de midi sans info. « Il n'a jamais été question à aucun moment de diminuer la contribution du gouvernement ».

Le ministre Barrette a indiqué que les usagers qui n'ont ni patrimoine ni revenu continueront de ne verser aucune contribution, comme c'est le cas à l'heure actuelle. Les usagers qui se trouvent dans la fourchette suivante, soit ceux qui ont de faibles revenus, pourraient cependant profiter d'une baisse de tarif.

Le ministère de la Santé, dit-il, a constaté que « l'indexation pourrait être problématique » pour cette catégorie d'usagers. « C'est pour ces gens-là qu'on va revoir la méthode de calcul », ajoute-t-il. « Donc, ça se peut que pour les moins nantis par rapport aux pas nantis, il y ait un ajustement à la baisse. »

Les usagers qui sont considérés « moyennement nantis » ou qui sont encore « mieux nantis », pour reprendre les propos du ministre, devront pour leur part assumer l'indexation du tarif à l'inflation.

Selon Gaétan Barrette, l'indexation au coût de la vie des tarifs versés par certains usagers et de la contribution du gouvernement est une « bonne chose », puisque cela signifie que le financement des CHSLD va globalement augmenter.

« Évidemment, en CHSLD, la contribution de l'usager ne couvrant pas les frais du gîte et du couvert, il y a une contribution qui doit venir du reste du gouvernement, du reste des impôts et des taxes », a conclu Gaétan Barrette.

« Ce que ça signifie, c'est que pour nous, il y a des efforts à faire ailleurs. Et on a ciblé le médicament. Et on espère aller chercher le différentiel plutôt du côté des médicaments. »

La décision annoncée par le ministre Barrette constitue une volte-face pour le gouvernement Couillard. La semaine dernière, il affirmait plutôt que les tarifs seraient indexés et qu'un « très petit montant », qu'il considérait « marginal », s'y ajouterait.

Le premier ministre Philippe Couillard s'était pour sa part contenté de dire qu'il y aurait « peut-être, probablement, un petit rattrapage pour faire face aux coûts. »

Tarif mensuel maximal dans un CHSLD public ou semi-privé

  • Chambre individuelle : 1789,80
  • Chambre à deux lits : 1496,40
  • Chambre à trois lits ou plus : 1112,40

La révision du tarif des usagers des CHSLD s'inscrit dans la foulée d'un rapport du vérificateur général du Québec, qui a conclu dans son rapport 2012-2013 que les contributions exigées aux usagers québécois sont nettement inférieures à celles exigées ailleurs au Canada.

Dans son rapport, le vérificateur général soulignait que les tarifs et les règles servant à les établir n'avaient pas été revus depuis 15 ans. En conséquence, le tarif mensuel de 1665 $ facturé en 2011 était inférieur de 29 % au coût du gîte et du couvert, qu'il établissait à 2147 $.