NOUVELLES
11/05/2015 12:39 EDT

Attouchements sexuels dans une garderie: des parents en colère réclament des sanctions plus sévères

Radio-Canada

Les parents d'une victime interpellent le gouvernement du Québec pour des sanctions plus sévères et un meilleur contrôle des garderies en milieu familial.

Un texte de Tamara Alteresco, de l'émission Le 15-18

La fille de Danny Carroll et Jennifer van Rantwyk a fréquenté la même garderie familiale subventionnée pendant plus de deux ans, dans l'Ouest de Montréal.

Le 20 octobre dernier, la petite de 4 ans s'est confiée à son père avant de se coucher. Elle lui a raconté ce qui est arrivé ce jour-là dans une salle de bain du sous-sol de l'établissement, où elle et deux autres fillettes ont été laissées seules, sans aucune surveillance :

« Elle m'a dit : "Papa, si je te raconte la vérité, ça va être correct?". J'ai dit : "Bien sûr", et elle m'a dit qu'elle avait été embarrée dans la salle de bain et agressée sexuellement par un adolescent qui visitait la garderie ce jour-là... Elle a 4 ans », raconte Danny Carroll.

Sous le choc, Danny Carroll a immédiatement appelé la police. Il a aussi porté plainte auprès du bureau coordonnateur de la région, dans l'espoir qu'il sévisse contre la garderie sur-le-champ.

Le bureau coordonnateur a conclu que la responsable des services de garde a bel et bien laissé trois enfants sans surveillance au sous-sol pendant qu'elle préparait le dîner, une violation claire de la loi qui régit les services de garde.

Dans une lettre, le bureau coordonnateur conclut que les événements qui sont survenus sont graves, et que la responsable des services de garde « a contrevenu à l'article 100 de la RSGEE en laissant les enfants sans surveillance au sous-sol. En agissant ainsi, elle a mis en péril leur sécurité et leur bien-être [...] ».

Plusieurs mesures ont été prises pour assurer la sécurité des enfants. « La responsable des services de garde accepte de signer un engagement à l'effet que la personne incriminée ne soit jamais en présence des enfants utilisateurs des services de garde durant les heures d'ouverture », peut-on également lire dans la lettre.

Pour Danny Carroll, ce qui est arrivé est impardonnable, et les sanctions ne sont pas à la hauteur des torts causés à leur fille de 4 ans.

« La garderie continue et ses portes sont toujours ouvertes. Les parents des autres huit enfants ne sont pas au courant de ce qui s'est passé. Ils continuent d'envoyer leurs enfants à une garderie où la gardienne a clairement démontré de la négligence », déplore M. Carroll.

« Imaginez-vous : vous achetez une maison, et les propriétaires doivent vous aviser de tout ce qui s'est passé dans cette maison. Mais vous amenez votre enfant dans une garderie, et ils n'ont rien à dire. C'est pas juste. » — Danny Carroll

L'adolescent en question a plaidé coupable à des accusations criminelles de grossière indécence. Suite à ce plaidoyer, Danny Carroll a demandé au bureau coordonnateur de réviser sa décision. La révision leur a été refusée, sous prétexte que le délai requis pour la présenter était expiré.

Le bureau coordonnateur invoque aussi des articles de la Loi sur les services éducatifs à l'enfance pour rejeter la demande de révision. Selon la loi, M. Carroll devait présenter un fait nouveau concernant la responsable du service de garde elle-même. L'assaut subi par leur fille, quoique grave et reconnu, n'est pas imputable à la gardienne.

« Ils protègent la garderie, et mettent l'affaire sous le tapis. Et la protection des enfants? C'est pas important? », demande le père.

Un système trop opaque?

Selon la professeure et chercheuse Nathalie Bigras, qui se penche depuis des années sur la qualité des services de garde au Québec, cet incident devrait servir de sonnette d'alarme. Elle estime qu'il y a encore trop de gens qui banalisent le fait de laisser des enfants sans surveillance, et que cela illustre malheureusement les failles d'un système trop opaque.

« C'est comme si les services de garde en milieu familial ne sont pas comme les autres, ils ne sont pas soumis aux mêmes règles, aux mêmes lois, et aux mêmes conséquences », explique Nathalie Bigras. « Ça fait longtemps qu'on réclame pour les services de garde en milieu familial une meilleure formation, plus complète, un encadrement et un contrôle plus régulier. Et ce qu'on nous répond toujours, c'est qu'elles sont des travailleuses autonomes. Pourtant, elles ont la même responsabilité qu'un CPE », dit la chercheuse.

En vertu de la loi, les garderies familiales, bien que subventionnées par le gouvernement, ne sont pas soumises aux mêmes règles de transparence que les CPE. Les plaintes et les rapports d'inspection sont confidentiels, et ne sont pas disponibles au grand public sur le site du ministère de la Famille.

Danny Carroll et sa femme, qui a dû quitter son emploi pour rester à la maison avec sa fille depuis l'agression, interpellent directement le gouvernement.

« Nous, on a été "victimisés" à chaque étape du processus, et je me demande si les services qui sont là, que ce soit le bureau coordinateur, le conseil, le ministère de la Famille, est-ce qu'ils sont là pour protéger les enfants ou pour protéger les gardiennes des services de gardes? Et de tout ce qu'on a vu, la réponse c'est qu'ils sont là pour protéger les garderies. Ce sont des business », expose Danny Carroll

La mère, Jennifer van Rantwyk, ajoute : « Si c'était leur job d'expliquer à ma fille qu'est-ce qui est arrivé, ils lui diraient quoi? Il faut que quelqu'un soit responsable de nos enfants, expliquez-moi s'il vous plaît ministère de la Famille, qui était responsable ce jour-là de la négligence de mon enfant? ».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter