Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Yémen: arrivée d'un navire de l'ONU rempli de carburant pour l'aide humanitaire

Un navire affrété par l'ONU est arrivé ce week-end au Yémen avec une cargaison de carburant dont la pénurie avait entraîné un arrêt de la distribution d'aide alimentaire dans certaines régions du pays en guerre, a annoncé dimanche le Programme alimentaire mondial (PAM).

Le navire, chargé de 300.000 litres de carburant et d'équipements, a accosté samedi au port de Hodeida, dans l'ouest du Yémen, et devrait être suivi d'un deuxième dont l'arrivée est prévue dimanche en fin de journée, a précisé le PAM dans un communiqué.

L'organisation avait annoncé le 30 avril que la pénurie de carburant l'obligeait à arrêter progressivement ses distributions de nourriture, alors que la situation humanitaire empirait.

L'arrivée de nouveaux navires représente "une bouée de sauvetage pour les civils victimes du conflit", a indiqué le PAM. "Cette avancée va nous permettre d'atteindre des centaines de milliers de personnes ayant un besoin urgent d'aide alimentaire", a précisé Purnima Kashyap, le directeur du PAM pour le Yémen. "Une plus grande quantité de nourriture et de carburant sont attendus dans les prochains jours", a-t-il précisé.

Le carburant va être distribué à "plus de 50 partenaires humanitaires" à Hodeida et dans la capitale Sanaa.

Le PAM prévoit par ailleurs d'accroître ses distributions dans les zones les plus affectées "dès que le cessez-le-feu humanitaire prévu pour débuter mardi entrera en application". A cet effet, un petit navire de passagers a été positionné à Djibouti, en face du Yémen, pour dépêcher du personnel.

La perspective d'une trêve dans les combats a pris corps dimanche avec des réactions plutôt positives des rebelles Houthis et de leurs alliés à une offre de l'Arabie saoudite de stopper sa campagne de frappes pour plusieurs jours.

Ryad a proposé vendredi qu'un tel cessez-le-feu prenne effet mardi soir pour cinq jours renouvelables, à condition que les rebelles s'engagent à le respecter.

L'Unicef avait estimé vendredi que si la pénurie de carburant et de nourriture se poursuivait, plus de 120.000 enfants seraient directement menacés par la malnutrition aiguë sévère dans les trois mois à venir, en plus des 160.000 enfants qui souffraient déjà de malnutrition aiguë sévère avant le 26 mars, début de la campagne de frappes.

bur-jri/faa

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.