Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Marijuana médicale : le père d’une fillette épileptique demande de changer le règlement

À Thornhill en Ontario, le père d'une fillette de 2 ans atteinte d'épilepsie la soigne avec de l'huile de marijuana, ce qui constitue une infraction. Il demande au gouvernement de changer le règlement qui interdit de transformer la plante en liquide à des fins médicales.

Les parents de Gwen Repetski, qui aura 3 ans le mois prochain, racontent que jusqu'à tout récemment leur fille avait constamment des crises d'épilepsie sévères qui ralentissaient son développement mental et physique.

Aucun traitement traditionnel ne fonctionnait, mais depuis le mois de novembre, son père, qui a obtenu une autorisation du médecin, lui administre de la marijuana sous forme d'huile, par voix orale. « Elle peut maintenant marcher à quatre pattes, se tenir debout et se nourrir par elle-même », dit son père, Alex Repetski.

Il assure que c'est le seul traitement qui améliore la qualité de vie de sa fille. Il est tellement convaincu des bienfaits, qu'il a quitté son ancien emploi pour se joindre à une entreprise de production et de recherche sur la marijuana médicale.

Trafic de stupéfiants?

Comme le rappelle Santé Canada, « la transformation de la marijuana dans d'autres préparations, incluant l'huile de marijuana, ne relève pas du champ d'application du Règlement sur la marihuana à des fins médicales ».

La loi autorise uniquement à utiliser de la marijuana médicale sous forme de plante sèche. « Mais ma fille n'a que deux ans, dit Alex Repetski, elle ne peut pas fumer. » Son avocat, Daniel Brown, explique qu'il pourrait être accusé de trafic de stupéfiants.

Un cas semblable en Colombie-Britannique est actuellement devant la Cour suprême du Canada.

Essais cliniques

Santé Canada dit croire que les essais cliniques « représentent le meilleur mécanisme grâce auquel des patients peuvent avoir accès à des médicaments qui n'ont pas encore été approuvés pour être mis sur le marché au Canada ».

Selon l'agence fédérale, cela permet de protéger les intérêts des patients. Elle précise qu'un fabricant, un professionnel de santé ou un hôpital peut proposer de mener des essais cliniques « pour des extraits de cannabis (huile incluse) en soumettant une demande à Santé Canada ».

Avec le reportage de Stéphane Blais

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.