DIVERTISSEMENT
10/05/2015 10:30 EDT | Actualisé 10/05/2015 10:38 EDT

«Les 5 prochains» : Pierre-Bruno Rivard, l'obsédé de l'humour

Courtoisie ARTV

Son nom ne vous est peut-être pas encore familier, mais vous avez sûrement déjà ri des blagues de Pierre-Bruno Rivard, étant donné que celui-ci écrit pour des collègues humoristes depuis sa graduation de l’École nationale de l’humour, en 2010. Le jeune homme a abandonné des études en sciences pour risquer une carrière de comique, et il n’a jamais regretté son choix. Il est toujours arrivé à vivre de son art, même s’il avoue humblement qu’il lui a souvent fallu «rouler [ses] cennes» pour y arriver. Vous apprendrez à connaître davantage cet «obsédé de l’humour» dans la deuxième saison de la série Les 5 prochains, qui démarre à ARTV mardi. Voici un bref portrait de Pierre-Bruno Rivard.

LIRE AUSSI:

» «Les 5 prochains» à ARTV : les nouveaux visages de l'humour

» Fred Dubé, le rebelle

Pierre-Bruno, quel âge as-tu?

«J’ai 27 ans. J’en aurai 28 le 18 mai.»

Décris-nous ton parcours en humour.

«J’ai étudié à l’université, en sciences et technologies agroalimentaires. Je faisais copuler des bactéries (rires). J’ai lâché tout ça pour commencer à faire des jokes, parce que ça m’intéressait. Je suis entré à l’École nationale de l’humour, d’où je suis sorti en 2010. La même année, j’ai été finaliste à En route vers mon premier gala Juste pour rire, et j’ai participé à un gala du festival. Après, j’ai commencé à écrire pour d’autres humoristes, comme Maxim Martin et Sylvain Larocque, en parallèle. J’ai aussi été comédien dans Arrange-toi avec ça, à VRAK. Et j’ai fait des tournées un peu partout, en Europe, au Canada, je me suis promené.»

Comment définis-tu ton style?

«Je suis très stand-up, à l’américaine. J’aime tester, être un peu plus baveux, un peu plus «sale», de temps en temps, mais jamais gratuitement. Être un peu mordant, mais jamais dans la méchanceté gratuite. Je suis punché, incisif, toujours dans la franchise et l’honnêteté, et dans l’économie de mots. Avec moi, c’est la franchise ultime, l’honnêteté à tout prix.»

Qui sont tes principales influences?

«Au Québec, j’aime beaucoup Martin Matte, Maxim Martin, Laurent Paquin, Martin Petit. Ce sont des gars pour qui j’ai beaucoup de respect. Aux États-Unis, Louis C.K, Bill Burr et Doug Stanhope, qui est l’un de mes humoristes préférés. Tout ce qu’il dit ne passerait jamais au Québec! Je ne suis d’accord avec aucun de ses points de vue, mais je l’adore. Il trouve le moyen d’être intelligent, pertinent, punché, avec des points de vue complètement décalés. Ici, il causerait des émeutes! (rires)»

Est-ce que la reconnaissance publique est très importante pour toi? Es-tu prêt à tout pour te faire connaître et rallier un large public?

«Pour moi, devenir connu n’est pas un objectif, c’est une conséquence. Être connu vient avec le fait que ce que j’aime faire, l’humour, la scène, les jokes, il y a de plus en plus de gens qui aiment ça, et qui apprécient mon travail ; donc, je suis connu à cause de ça. Je n’ai pas besoin d’être connu. Mon besoin, c’est d’avoir un micro dans les mains, de raconter des blagues à un public et d’avoir du plaisir avec les gens. C’est ce qui me fait tripper, dans la vie. Le fait d’écrire pour d’autres est agréable pour moi, parce que ça me permet de gagner ma vie, et je ne suis ainsi pas obligé de faire des compromis dans ce que je fais sur scène.»

Qu’allons-nous découvrir de toi dans la série?

«La série montre vraiment un côté humain. Les humoristes sont tout le temps jugés sur le résultat final, et Les 5 prochains donne l’avantage de voir ce qui se passe derrière. Je pense qu’on va constater mon obsession pour l’humour, que toute ma vie tourne autour de ça, à quel point c’est important pour moi et comment je prends ça extrêmement au sérieux. Je suis un grand passionné d’humour.»

Quels sont tes prochains projets en solo?

«Il y aura le show des 5 prochains, les 8 et 9 juillet, à la Place des Arts, et la tournée à partir de l’automne. J’ai d’autres projets qui sont sur le point de débloquer et dont je ne peux pas encore parler, et je continue de travailler sur du nouveau matériel. J’écris en ce moment un spectacle d’une heure.»

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 11 spectacles d'humour à ne pas manquer en 2015 Voyez les images