Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Alabama: Le choix entre la prison à vie et la peine de mort pour une grand-mère

GADSDEN, États-Unis - Un juge de l'Alabama, aux États-Unis, doit décider s'il condamne une femme de 50 ans à la prison à vie ou à la peine de mort par injection létale pour l'assassinat de sa petite-fille, qui serait morte après avoir été forcée de courir pendant des heures, selon les procureurs.Lundi après-midi, le juge itinérant du comté d'Etowah Billy Ogletree prononcera la sentence de Joyce Hardin Garrard, que le jury a trouvé coupable en mars dernier du meurtre au premier degré de sa petite-fille, Savannah Hardin. La fillette de neuf ans est décédée en février 2012, après avoir été forcée de courir pendant plusieurs heures à titre de punition pour avoir menti à propos de bonbons.Les jurés ont recommandé une peine d'emprisonnement à vie sans possibilité de libération. Les procureurs souhaitaient la peine capitale, mais se sont dit satisfaits de la suggestion du jury. Celle-ci a été obtenue à 7 contre 5, donc le juge Ogletree peut toujours choisir d'imposer la mort par injection létale.Une étude de l'organisme Equal Justice Initiative, établi à Montgomery en Alabama, a déterminé que les juges de cet État ont outrepassé la recommandation d'un jury plus de 100 fois depuis 1976. Dans 92 % des cas, les magistrats ont choisi la peine de mort plutôt que l'emprisonnement à vie suggéré.Durant son procès, Joyce Hardin Garrard a expliqué aux jurés qu'elle ne voulait pas faire de mal à sa petite-fille Savannah, mais plutôt l'aider à améliorer ses performances de course à pied.Des témoins ont expliqué que la jeune fille s'est effondrée en vomissant à l'extérieur de sa maison après avoir passé un après-midi à courir et à transporter des bâtons. Elle est décédée à l'hôpital plusieurs jours plus tard, quand les médecins ont débranché les appareils qui la maintenaient artificiellement en vie.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.