NOUVELLES
07/05/2015 00:58 EDT | Actualisé 06/05/2016 01:12 EDT

Yémen: HRW met en garde les rebelles contre de possibles crimes de guerre

Les rebelles chiites et leurs alliés au Yémen doivent tout faire pour minimiser l'impact du conflit sur les civils et punir ceux qui dans leurs rangs sont responsables d'abus, a affirmé jeudi Human Rights Watch (HRW) en liaison avec une série d'incidents à Aden.

"Les attaques délibérées contre des civils et les prises d'otages sont des crimes de guerre", a rappelé HRW dans un communiqué.

"Les civils à Aden (deuxième ville du Yémen dans le sud) sont déjà dans une situation désespérée sans être attaqués, arrêtés et retenus en otages", a encore relevé Joe Stork, directeur adjoint pour le Moyen-Orient et l'Afrique du nord de HRW.

"Les leaders des Houthis (rebelles chiites) et d'autres forces doivent protéger les civils, et non pas les terroriser", ajoute le responsable de l'ONG basée à New York.

HRW a cité l'exemple à Aden de deux femmes atteintes par des balles dans des incidents distincts les 17 et 18 avril, et qui sont décédées avant que leurs proches n'aient pu trouver un endroit pour les soigner.

Des forces pro-Houthis ont également détenu illégalement 10 travailleurs humanitaires entre six et quatorze jours en avril, libérant deux d'entre eux après versement de sommes d'argent, a encore indiqué l'organisation de défense des droits de l'Homme.

Mercredi, au moins 32 personnes ont été tuées et 67 blessées par des tirs d'obus contre des civils fuyant par la mer les combats dans le centre d'Aden, a indiqué un responsable des services de santé de la ville.

Ali al-Ahmadi, un responsable des Comités de résistance populaire, des groupes paramilitaires combattant les Houthis à Aden, a accusé les rebelles d'être responsables de ces tirs.

Selon les Nations unies, les combats au sol et les raids aériens menés par une coalition anti-Houthie sous commandement saoudien ont fait au moins 646 tués et 1.364 blessés parmi les civils depuis l'escalade du conflit fin mars.

ras/plh