NOUVELLES
07/05/2015 09:53 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Wall Street hésite à l'ouverture, les investisseurs restant frileux

Wall Street hésitait jeudi peu après l'ouverture, suivant la tendance générale à la méfiance des marchés mondiaux face à une actualité jugée peu engageante: le Dow Jones cédait 0,15% mais le Nasdaq prenait 0,21%.

Vers 13H40 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 27,19 points à 17.814,79 points, tandis que le Nasdaq, à dominante technologique, prenait 10,42 points à 4.930,09 points.

L'indice élargi S&P 500, sur lequel se basent de nombreux investisseurs, reculait de 0,09%, soit 1,85 point, à 2.078,30 points.

Mercredi, la Bourse de New York avait baissé pour le deuxième jour de suite, déprimée par des indicateurs médiocres puis par des déclarations de la présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen, qui trouve les marchés boursiers "assez hauts": le Dow Jones avait perdu 0,48% à 17.841,98 points, et le Nasdaq 0,40% à 4.919,64 points.

Désormais Wall Street peine à dégager une tendance, "le sentiment mondial restant affecté par la récente chute des marchés obligataires aux Etats-Unis et en Europe, la baisse persistante des Bourses chinoises, les incertitudes de plus en plus importantes sur un accord sur la dette grecque, et les commentaires d'hier de (Janet) Yellen sur le niveau des marchés boursiers", comme l'ont énuméré les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

Comme ils y faisaient allusion, la Bourse de Shanghai a accusé jeudi une nouvelle baisse de 2,77%, signant le plus important plongeon de trois jours depuis deux ans, et celle de Shenzen a cédé 1,15%, face aux craintes d'un renforcement des contrôles de l'autorité de régulation.

A Wall Street, "l'instabilité assez inexplicable de la Bourse donne un nouveau prétexte à d'éventuels investisseurs pour se tenir éloignés du marché", a estimé Patrick O'Hare, de Briefing.

"On ne peut pas leur donner tort", a-t-il ajouté. "C'est le bazar en ce moment sur les marchés, qui se comportent de façon frénétique depuis le début de l'année. Au coeur de tout cela, il y a une question sans réponse: +Quand ?+. Quand est-ce que la Réserve fédérale va relever ses taux ?"

Le marché compte notamment sur le rapport mensuel de Washington sur l'emploi, attendu vendredi, pour trouver de nouveaux éléments susceptibles d'influencer le calendrier choisi par la banque centrale américaine pour relever ses taux, et donc retirer un important soutien à l'économie.

Pour le moment, sur le front de l'emploi, les investisseurs n'ont guère semblé réagir à une hausse moins forte que prévu des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis.

Le marché obligataire avançait, le rendement des bons à dix ans montant à 2,204% contre 2,237% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,932% contre 2,989%.

jdy/jld/sha