NOUVELLES
07/05/2015 02:21 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Survivante du séisme au Népal, l’Ottavienne Faye Kennedy se confie

« Dans ma tête, j'étais certaine que j'étais morte », raconte Faye Kennedy. De retour chez elle depuis le week-end dernier, la résidente d'Ottawa de 32 ans a cru que sa dernière heure était arrivée lorsque la terre a tremblé au Népal.

La jeune femme dit qu'une fois rentrée au pays, elle a pu enfin respirer. Avec le recul, elle peine à croire qu'elle a survécu à la catastrophe.

Mme Kennedy se trouvait en randonnée dans le parc national Langtang au moment du séisme. Immédiatement après la secousse, elle a aperçu une avalanche du coin de l'œil.

« Un immense nuage de neige se dirigeait vers nous », se rappelle-t-elle. « J'ai crié à mes amis : ''mais qu'est-ce que c'est que ça?''. »

De la neige et des roches sont tombées sur la randonneuse. Tout autour, elle voyait des gens blessés et entendait des personnes pleurer.

Mme Kennedy et ses amis ont empoigné leurs objets personnels et ont couru vers ce qu'ils croyaient être une zone plus sécuritaire. Mais leur répit fut de courte durée.

Alors qu'une autre pluie de roches s'abattait sur elle, la jeune femme s'est cachée derrière un rocher. Elle dit avoir pensé qu'elle ne reverrait jamais sa famille.

Dans l'attente et l'incertitude

Mme Kennedy et ses compagnons de voyage ont finalement trouvé refuge sur un plateau surplombant le village de Langtang. Blessée à la tête et à la jambe, elle a été évacuée par hélicoptère, après deux jours d'attente, laissant ses amis derrière.

« Je me sentais comme si une partie de moi était encore [dans le parc], tant qu'ils étaient là », souligne-t-elle.

L'aventurière aguerrie dit avoir été témoin d'une situation chaotique et de scènes de dévastation pendant son trajet vers Katmandou. Elle décrit des rues remplies de gens abrités sous des bâches et des débris partout.

Maintenant réunie avec sa conjointe et son chien, Mme Kennedy dit qu'il lui faudra du temps pour se remettre de sa mésaventure. Elle profite de l'occasion pour rappeler que le peuple népalais a grandement besoin d'aide.

D'après un reportage de CBC