NOUVELLES
07/05/2015 16:30 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

SNC se réjouit de la révision du «régime d'intégrité» annoncée par Ottawa

MONTRÉAL - Le président et chef de la direction de la firme d'ingénieurs SNC-Lavalin s'est réjoui jeudi de l'annonce d'une révision du protocole d'Ottawa pour l'attribution des contrats publics.Robert Card a applaudi la décision d'Ottawa de réviser son «régime d'intégrité», qui empêche actuellement les entreprises reconnues coupables de certains délits criminels d'obtenir des contrats du gouvernement fédéral pendant 10 ans.Lors de l'assemblée annuelle des actionnaires de l'entreprise montréalaise, M. Card a répété que SNC-Lavalin (TSX:SNC) plaiderait non coupable aux accusations de fraude et de corruption qui ont été déposées en février par la Gendarmerie royale du Canada (GRC), en lien avec ses contrats en Libye.Selon le grand patron de SNC, la Couronne n'a pas encore terminé de présenter sa preuve contre la plus grande firme d'ingénieurs au Canada et des avocats de l'entreprise estiment que les procédures de la cour pourraient s'étaler sur cinq ans.SNC fait partie d'un consortium qui a récemment obtenu le contrat pour la construction du nouveau pont Champlain qui relie Montréal à la Rive-Sud.Plus tôt jeudi, la société a fait état d'un bénéfice net de 104,3 millions $ pour son premier trimestre, une augmentation de 10 pour cent par rapport à la même période l'an dernier que l'entreprise a attribué à ses efforts pour se concentrer sur ses activités de base et à une récente acquisition.Le bénéfice par action a atteint 68 cents pour la société montréalaise, en comparaison avec un bénéfice de 94,6 millions $, ou 62 cents par action, pour le premier trimestre de 2014.Les revenus de SNC ont avancé à 2,26 milliards $, contre un chiffre d'affaires de 1,72 milliard $ un an plus tôt, malgré une baisse des revenus liés à ses investissements dans les infrastructures.L'entreprise s'est départie de certains de ses actifs qu'elle ne jugeait plus essentiels, comme le réseau électrique AltaLink en Alberta, pour se concentrer sur ses activités de base, soit les services de génie et de construction.Cependant, l'abandon de ces éléments a été plus que compensé par la hausse des revenus de son segment du pétrole et du gaz naturel — qui compte désormais sur la contribution de Kentz, acquise en août —, ainsi que celle de son segment de l'énergie.L'action de SNC-Lavalin prenait jeudi après-midi 2,26 $ à la Bourse de Toronto, soit 5,3 pour cent, pour s'échanger à 45,23 $.