NOUVELLES
07/05/2015 06:58 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Seconde Guerre mondiale: des universitaires américains pressent le Japon de reconnaître ses torts

Près de 200 universitaires, en majorité nord-américains, ont publié une lettre ouverte exhortant le Japon à reconnaître les torts de son passé colonial et militariste.

"Cette année représente l'occasion pour le gouvernement japonais de faire preuve d'exemplarité en confrontant le passé colonialiste et agressif du Japon à la fois en paroles et en actes", selon ce document diffusé sur internet à l'approche du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale: https://networks.h-net.org/system/files/contributed-files/japan-scholars-statement-2015.5.4-eng_0.pdf

Parmi les 187 signataires figurent Ezra Vogel, spécialiste de l'Asie de l'Est et du Japon à Harvard, et les historiens Herbert Bix, auteur d'un essai remarqué sur l'empereur Hiro-Hito, et John Dower, connu pour ses ouvrages sur l'après-guerre au Japon.

Ces universitaires soulignent que le Japon a "tout à célébrer" de son système démocratique et de ses contributions aux sciences et à l'aide au développement dans les pays pauvres depuis 1945.

Mais, estiment-ils, "des problèmes d'interprétation historique sont un obstacle à la célébration de ces succès", une allusion à la volonté de certains politiciens japonais de vouloir réviser l'histoire de l'impérialisme japonais au 20e siècle.

Ils mentionnent en particulier la question des quelque 200.000 femmes asiatiques dites de "réconfort", forcées à se prostituer dans les bordels militaires nippon, en qualifiant d'"inacceptable" le fait de nier ou minimiser leurs souffrances.

"Parmi les nombreux exemples de violences sexuelles en temps de guerre au 20e siècle, le système des +femmes de réconfort+ se distingue par sa grande échelle et son organisation sous la tutelle de l'armée", relèvent les signataires, qui font aussi état de "l'exploitation systématique de jeunes femmes pauvres et vulnérables dans les zones colonisées ou occupées par le Japon".

Notant que le Premier ministre japonais a récemment évoqué à Washington la valeur universelle des droits de l'homme, l'importance de la sécurité humaine et les souffrances infligées par son pays à ses voisins, ils exhortent Shinzo Abe à "agir avec audace" sur tous ces points.

Devant le Congrès américain, M. Abe a réitéré les "profonds remords" du Japon pour son passé militariste en Asie mais sans prononcer les mots d'excuse attendus par Pékin et Séoul.

Le Premier ministre conservateur doit marquer le 70e anniversaire de la défaite du Japon, le 15 août prochain, par une déclaration officielle qui sera examinée à la loupe en Asie.

agr/ros