NOUVELLES
07/05/2015 12:26 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Plainte en Espagne après la mort d'Adam et Eve, deux chimpanzés échappés d'un zoo

Le sort d'un chimpanzé, Adam, retrouvé mort jeudi après s'être enfui avec une femelle abattue par la Garde civile, a mobilisé les défenseurs de la cause animale en Espagne, qui ont porté plainte jeudi contre leur zoo.

L'affaire a suscité une telle mobilisation que le décès du primate a dû être annoncé par la garde civile dans un communiqué.

"Vers 07H15 (05H15 GMT, ndlr) un employé a découvert lors d'une inspection de routine le corps sans vie" d'Adam, chimpanzé de 30 ans, "flottant dans le bassin d'eau sale" d'une station d'épuration sur l'île touristique de Majorque, aux Baléares, écrit la Garde civile dans un communiqué.

"Tout indique que la mort a pu être causée par noyade mais nous attendons" qu'un vétérinaire examine le corps, poursuit-elle.

La découverte survient trois jours après la mort, lundi, d'un autre chimpanzé, Eve, qui avait pris la fuite avec Adam.

Née en 1985 comme lui, elle partageait avec Adam un même enclos du zoo et parc safari de Sa Coma, dans l'est de Majorque, depuis 13 ans.

Les chimpanzés d'environ 70 kilos, s'étaient enfuis lundi à la mi-journée après avoir réussi à "rompre un barreau en métal de 26 millimètres", selon Miquel Brunet, directeur adjoint du zoo joint par l'AFP.

Retrouvée quelques heures plus tard en liberté, Eve avait été abattue par la Garde civile, qui affirme que son "agressivité" avait rendu impossible l'utilisation de fléchettes anesthésiantes.

Les chimpanzés peuvent vivre jusqu'à environ 60 ans en captivité, selon les experts.

"Nous avons porté plainte contre les responsables du zoo pour la mort d'Adam et Eve" auprès du tribunal de Manacor, à Majorque, a annoncé à l'AFP Pedro Pozas, directeur de l'organisation espagnole de protection des primates "Projet Grand Singe".

La plainte s'appuie sur un article du code pénal définissant le délit de mauvais traitement d'un animal "domestique ou dompté", passible de trois mois à un an de prison. "Tous les protocoles de sécurité (qui auraient évité la fuite et le décès des deux animaux) ont failli", a poursuivi Pedro Pozas.

Une accusation rejetée par Miquel Brunet, qui ajoute que "le zoo a passé tous les contrôles annuels nécessaires".

Nés en captivité dans un autre zoo, Adam et Eve ont vécu plusieurs années chez un particulier et "n'étaient pas bien traités". Ils ont ensuite été transférés à Sa Coma sur ordre de l'administration, selon Miquel Brunet.

"Ces événements terribles, ayant entraîné la mort de deux animaux innocents, ne peuvent pas rester impunis", a réagi l'association de défense des animaux Igualdad Animal (Egalité des animaux, ndlr.)

elc/mck/mr