NOUVELLES
07/05/2015 18:24 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Les juges du Burundi auraient été forcés de trancher en faveur du président

BUJUMBURA, Burundi - La Cour constitutionnelle du Burundi aurait été forcée d'approuver la candidature du président sortant Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat, selon un juge en exil.Les juges s'étaient rencontrés une première fois à la fin du mois d'avril et avaient conclu que M. Nkurunziza ne pouvait pas se présenter une troisième fois au poste de président, selon le vice-président de la Cour constitutionnelle Sylvere Nimpagaritse, qui est maintenant réfugié au Rwanda.Or, après avoir pris cette décision, les juges auraient reçu plusieurs menaces et c'est ce qui aurait poussé M. Nimpagaritse à quitter le pays. Les autres juges ont finalement tranché en faveur du président Nkurunziza.M. Nimpagaritse a précisé qu'ils auraient eu des problèmes s'ils en avaient décidé autrement. Le gouvernement burundais n'a pas commenté les allégations du juge.La Constitution burundaise impose une limite de deux mandats présidentiels. M. Nukurunzize a déjà complété ces deux mandats, mais un tribunal a statué qu'il pouvait en briguer un nouveau puisque le premier lui avait été confié par le Parlement et non par un vote populaire.Plus tôt jeudi, au moins trois personnes ont été tuées quand des manifestants sont de nouveau descendus dans les rues de Bujumbura, la capitale du Burundi, pour dénoncer la décision du président Pierre Nkurunziza.Une victime a été tuée dans un quartier de la ville, quand des manifestants ont affronté des policiers et des membres de la redoutée milice Imbonerakure qui appuie le président.Dans un autre quartier, les manifestants ont pris en chasse un membre présumé de cette milice. L'homme aurait probablement été lapidé sans l'intervention de soldats qui ont tiré des coups de semonce pour disperser la foule.Deux autres membres présumés de la milice ont été tués, dont un qui a été brûlé vif, ont rapporté des témoins.La Croix-Rouge fait état de trois morts et 13 blessés au cours de la journée.Les manifestations ont déjà fait une dizaine de morts et plus de 30 000 Burundais ont fui vers les pays voisins.