NOUVELLES
07/05/2015 14:33 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Les Etats-Unis ont commencé l'entraînement de rebelles syriens (responsable américain)

Les Etats-Unis ont commencé l'entraînement de rebelles syriens modérés en Jordanie pour lutter contre le groupe Etat islamique (EI), a indiqué jeudi à Washington un responsable américain.

"C'est parti", a indiqué ce responsable sous couvert d'anonymat, précisant que cette formation aux compétences militaires de base serait étendue ensuite en Turquie, en Arabie saoudite et au Qatar.

En Jordanie, le porte-parole du gouvernement Mohamed al-Momani a confirmé que l'entraînement des rebelles syriens "a bien commencé depuis plusieurs jours" dans le cadre des "efforts de la Jordanie en complémentarité avec les pays frères et amis, membres de la coalition".

"La Jordanie souligne que la guerre contre le terrorisme est notre guerre, et c'est la guerre des Arabes et des musulmans en premier lieu pour protéger nos intérêt et la sécurité de nos pays et peuples...", a-t-il dit.

En annonçant ce programme de formation, les Etats-Unis avaient évoqué l'objectif de former 5.000 combattants par an.

Mais les militaires américains se heurtent notamment aux difficultés de sélection des candidats, les Etats-Unis voulant limiter les risques que ces combattants ne se retournent contre eux.

Selon les plus récents chiffres communiqués par le Pentagone, 3.750 Syriens s'étaient portés candidats, dont 400 avaient subi avec succès une présélection. Cette première étape devait être complétée ensuite par d'autres vérifications.

Le Congrès américain, qui a fortement poussé l'administration Obama à entreprendre ce programme, a voté 500 millions de dollars pour le financer.

Les Etats-Unis avaient annoncé que près de 1.000 militaires américains seraient déployés pour ce programme. Pour l'instant, 450 sont arrivés sur place, selon les responsables américains.

Certains partenaires de Washington comme la Turquie reprochent aux Etats-Unis de vouloir diriger l'action des rebelles uniquement contre le groupe Etat islamique, au détriment du combat contre le régime du président syrien Bachar al-Assad.

La Jordanie avait déjà annoncé en mars qu'elle allait former des combattants de "tribus syriennes" pour combattre l'EI.

ddl-lby/elm