NOUVELLES
07/05/2015 13:35 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Le syndicat des footballeurs espagnols appelle à la grève à partir du 16 mai

Soutenu par les grands noms espagnols du Real Madrid et du FC Barcelone, le syndicat des footballeurs espagnols (AFE) a menacé jeudi de faire grève à partir du 16 mai pour réclamer une répartition différente des droits télévisés.

Iker Casillas et Sergio Ramos du Real Madrid, Gerard Piqué, Andrés Iniesta et Xavi Hernandez du Barça, étaient parmi la cinquantaine de joueurs ayant comparu derrière les représentants de l'Association des footballeurs espagnols (AFE) après l'adoption par le gouvernement d'un décret prévoyant une nouvelle répartition des droits de télévision.

"Nous avons décidé d'arrêter non pas pour faire un coup de force mais pour nous défendre contre ce que nous prenons comme une attaque à nos droits", a déclaré le président de l'AFE Luis Rubiales, ancien joueur.

"Nous sommes pour la vente centralisée des droits de télévision mais pas comme cela a été fait" -- par décret approuvé le 30 avril par le gouvernement --, a-t-il ajouté.

L'AFE réclame notamment une "moindre différence dans la répartition (des droits) entre première et deuxième division".

Selon le nouveau décret adopté le 30 avril, 90% des droits de télévision reviendront à la première division et 10% à la deuxième division. La négociation des droits sera désormais centralisée alors que, contrairement à la pratique dans les autres grands championnats européens, chaque club de Liga négociait jusque-là individuellement, ce qui assurait la part du lion au Real Madrid et au FC Barcelone qui pouvaient imposer le prix fort.

Protestant également contre ce décret, la Fédération espagnole de football (RFEF) a décidé mercredi soir de suspendre toutes les compétitions à partir du 16 mai.

Si elle était appliquée, cette grève perturberait l'organisation des deux dernières journées du Championnat d'Espagne, programmées les 17 et 23 mai. La finale de la Coupe du Roi entre le FC Barcelone et l'Athletic Bilbao, le 30 mai au Camp Nou, est également menacée.

Luis Rubiales de l'AFE a toutefois laissé entrevoir la possibilité de lever la menace de grève si syndicat et gouvernement parviennent à un "accord sur des changements" avant le 16 mai.

acc-elc/mck/chc