NOUVELLES
07/05/2015 05:11 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Le renseignement allemand restreint sa coopération avec la NSA (presse)

Les services de renseignement allemands (BND) ont considérablement restreint leur coopération avec l'agence américaine NSA après les révélations sur un scandale d'espionnage de responsables européens pour le compte de Washington, affirme jeudi la presse allemande.

Depuis le début de la semaine, plus aucune communication internet à destination de la NSA n'est interceptée dans le centre d'écoutes du BND de Bad Aibling, affirment le quotidien Süddeutsche Zeitung, et les chaînes publiques régionales NDR et WDR. L'agence de presse allemande DPA dit en avoir eu confirmation auprès de sources sécuritaires.

Les services de renseignement allemands, en concertation avec la chancellerie, ont informé les Américains qu'une justification formelle de demande d'espionnage devait désormais être adressée pour toute demande d'interception de communications sur internet, toujours selon Süddeutsche Zeitung, NDR et WDR. Mais la NSA a répondu aux Allemands ne pas être en mesure de livrer de telles justifications en raison des délais serrés, selon ces médias.

Dans la station d'écoute de Bad Aibling, où travaillent 120 employés du BND et quelques techniciens de la NSA, seules des communications par fax ou téléphoniques peuvent encore être interceptées au profit de Washington car les Etats-Unis doivent déjà justifier leurs demandes, affirme encore la Süddeutsche Zeitung.

Cette affaire d'espionnage présumé de responsables européens par le Renseignement allemand éclabousse actuellement le gouvernement de la chancelière Angela Merkel, avec des attaques visant notamment le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière.

L'opposition affirme que ce poids lourd du gouvernement a fermé les yeux sur l'espionnage présumé d'entreprises et responsables européens par la NSA, soupçonnée d'avoir abusé de sa coopération avec les services allemands à partir de 2005.

La chancelière, qui a admis "des manques" au sein du BND, a assuré qu'elle était prête à s'exprimer devant la commission d'enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur des pratiques d'expionnage.

yap/aro/cmr