NOUVELLES
07/05/2015 16:34 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

La période de deuil religieux prend fin au Népal après le séisme meurtrier

KATMANDOU, Népal - Des milliers de Népalais vêtus tout de blanc ont prié et déposé des gerbes de fleurs dans des maisons et des temples du Népal, jeudi, pour marquer la fin du deuil hindou de 13 jours observé après le séisme destructeur qui a fait au moins 7800 morts et 15 000 blessés.Les personnes endeuillées se sont rassemblées sur les ruines des temples de la capitale, Katmandou, qui ont été complètement détruits lors du tremblement de terre, pour se recueillir et se souvenir des milliers de personnes qui ont perdu la vie dans la catastrophe. Quelque 500 personnes se sont notamment réunies à la place du Darbâr pour prier.En soirée, environ 2000 Népalais ont défilé avec des bougies près du lieu où se trouvait la tour Bhimsen, avant qu'elle ne s'effondre durant les secousses.Selon la coutume, pendant la période de deuil hindou, les familles des victimes sont recluses dans leur domicile et ne peuvent pas consommer de sel ni se prêter à des activités ludiques.Les députés népalais ont aussi observé une minute de silence en hommage aux victimes.La banque centrale du pays a par ailleurs annoncé jeudi que les habitants dont les maisons ont été endommagées dans le séisme pourraient bénéficier de prêts à un taux d'intérêt de deux pour cent. Le taux d'intérêt moyen oscille autour de 10 pour cent. Un porte-parole de la banque, Nepal Rastra, a indiqué à la radio de l'État que les résidants de Katmandou pourraient recevoir jusqu'à 25 000 $ US en prêts, alors que ceux de l'extérieur pourraient se voir prêter jusqu'à 15 000 $ US.Des milliers d'ingénieurs parcourent toujours la capitale pour évaluer les dommages des résidences et pour conseiller leurs habitants sur la sécurité des installations. Il n'y a toujours pas de bilan sur le nombre de maisons endommagées.Selon le député de la région de Katmandou Bhimsen Das Shrestha, le gouvernement devrait adopter une loi pour que les nouveaux bâtiments construits soient résistants aux tremblements de terre.«Lorsque nous reconstruirons les structures à Katmandou, nous devons considérer les nouvelles technologies dans les zones sensibles aux tremblements de terre», a-t-il remarqué.