NOUVELLES
07/05/2015 08:56 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

La compagnie aérienne Emirates annonce un bénéfice annuel en hausse de 40%

La compagnie Emirates de Dubaï, la première du Moyen-Orient, a annoncé jeudi un bénéfice annuel en hausse de 40%, à 1,2 milliard de dollars, dû à une hausse des recettes et à la baisse du prix du carburant.

La compagnie aérienne a indiqué que ses recettes avaient augmenté de 7%, à 24,2 milliards de dollars, avec une hausse du nombre de passagers de 11%, à 49,3 millions de personnes, pour l'exercice financier 2014-15.

Le président de la compagnie, cheikh Ahmed ben Saïd Al-Maktoum, a indiqué à des journalistes que le bénéfice avait été enregistré "malgré un marché dur et une sévère concurrence".

"Cela montre une forte préférence du consommateur pour les produits et les services d'Emirates", a-t-il estimé.

Une baisse significative du prix du carburant a fait diminuer de 7% les coûts d'exploitation, à 7,8 milliards de dollars.

Le chef d'Emirates a qualifié la baisse des prix pétroliers, de "soulagement", qui s'est fait ressentir dans la seconde moité de l'exercice financier.

La compagnie a aussi indiqué qu'elle avait fait face au défi représenté par la faiblesse du dollar, sur lequel le dirham est indexé, ainsi qu'à la fermeture pendant 80 jours d'une piste de Dubaï pour des travaux de modernisation.

Cheikh Ahmed a également parlé de la difficile concurrence, en référence aux transporteurs américains qui poussent Washington à prendre des mesures contre les compagnies aériennes du Golfe, en forte expansion, et qui bénéficient de présumées subventions de leurs gouvernements.

"Nos concurrents nous défient chaque jour et certains font du lobbying auprès de leur gouvernement pour nous imposer des restrictions", a-t-il dit dans une allusion claire aux grands transporteurs américains comme Delta Air Lines, United Airlines et American Airlines, qui affirment que les trois grandes compagnies du Golfe (Emirates, Qatar Airways et Etihad Airways) reçoivent des subventions gouvernementales à hauteur de 40 milliards de dollars.

Il a encore affirmé que le "tapage" provenait de grands transporteurs aériens qui "pensaient que personne ne pourraient les dépasser".

Emirates a une flotte de 219 appareils pour passagers et 14 cargos, desservant 144 destinations dans 81 pays.

La compagnie, contrôlée par le gouvernement de l'émirat de Dubaï, l'un des sept de la fédération des Emirats arabes unis, est le plus gros opérateur d'avions géants Airbus A380 et de Boeing 777.

Emirates a indiqué que ses plus importantes recettes concernaient l'Europe, avec 6,9 milliards de dollars, en hausse de 7% par rapport à l'année précédente, devant l'Asie et l'Australasie, des zones ayant enregistré une augmentation de 3%, à 6,7 milliards de dollars.

En Amérique, la hausse a été de 20%, à 3 milliards de dollars.

Emirates et le transport aérien en général sont, avec le commerce et le tourisme, l'un des moteurs de l'économie de Dubaï, qui avait souffert de la crise financière internationale en 2009 mais qui a retrouvé depuis le chemin de la reprise.

ak/lyn/vl/cbo