NOUVELLES
07/05/2015 13:12 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

L'Ebola a perdu du terrain; la lutte contre le virus n'est pas finie pour autant

DAKAR, Sénégal - Le nombre de cas de virus Ebola rapportés en Guinée et en Sierra Leone la semaine dernière a atteint un plancher depuis le début de l'année, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).Cette annonce est intervenue jeudi, quelques jours à peine avant que le Liberia ne puisse officiellement être reconnu comme ayant éradiqué le virus.Des experts en matière de santé ont reconnu qu'ils ne sont toujours pas en mesure de déterminer exactement à quels endroits en Afrique de l'Ouest l'Ebola continue de se propager.Ce constat a été fait plus de 16 mois après que les premières morts associées au virus eurent été rapportées en Guinée.À ce jour, l'épidémie a fait quelque 11 000 victimes.Selon le représentant spécial par intérim du secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies (ONU) et chef de la mission de l’ONU chargée de la réponse à l’Ebola, Peter Jan Graaff, il faudra encore un peu de temps avant que l'on ne puisse statuer que le virus a été enrayé en Afrique de l'Ouest.Il a insisté sur la nécessité de déterminer comment l'Ebola se déplace à travers les communautés.En Guinée, les travailleurs de la santé peinent toujours à retrouver les origines de certaines infections.«Tant que cette situation va perdurer, il sera très difficile de réduire à zéro le nombre de cas», a soutenu M. Graaff.En Guinée, cinq des neuf plus récents cas ont été détectés seulement après la mort des patients et aucun d'entre eux n'avait cherché à être traité dans une clinique de lutte contre l'Ebola.Dans ce même pays, du personnel médical a été attaqué par des citoyens inquiets qui craignaient que la présence d'étrangers chez eux ne favorise la propagation du virus.Le Liberia pourra officiellement déclarer que l'épidémie est terminée sur son territoire samedi si aucun nouveau cas n'y est rapporté d'ici là.Ce pays présente le bilan le plus dramatique avec plus de 4700 morts depuis le début de la crise.