NOUVELLES
07/05/2015 09:00 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Istanbul: la destruction d'un orphelinat arménien suspendue après des critiques

Les travaux de destruction d'un orphelinat arménien d'Istanbul où avait notamment été élevé le journaliste Hrant Dink, assassiné en 2007, ont été suspendus jeudi après de vives critiques et la mobilisation d'activistes, ont rapporté les médias locaux.

Les engins de terrassement ont entamé mercredi la démolition du Camp Armen, situé à Tuzla, dans la banlieue de la rive asiatique de la mégapole, pour y construire des logements de luxe.

Toutefois les travaux ont été suspendus après l'arrivée sur le site de plusieurs dizaines d'activistes comprenant des représentants de la minorité arménienne de Turquie mais aussi des députés de l'opposition, a indiqué le quotidien Milliyet.

Selon le journal arménien Agos, cinq pièces du bâtiment ainsi que sa chapelle ont déjà été détruits.

Les militants ont juré de ne pas évacuer le site tant que la démolition ne sera pas définitivement arrêtée et ont lancé une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux.

Le propriétaire du site, un promoteur immobilier qui a acheté le terrain en 2006, a affirmé dans un communiqué cité par l'agence de presse IHA qu'il était prêt à revendre le terrain à la communauté arménienne mais que sinon il restait maître de ses futurs projets d'habitations.

L'orphelinat a été bâti en 1963 et des centaines d'enfants arméniens démunis y ont grandi jusqu'à ce qu'il soit fermé en 1983.

Quatre ans plus tard, l'Etat turc a saisi l'orphelinat en vertu d'une loi datant de 1936 qui interdit les fondations de minorités d'acquérir des biens immobiliers.

Rakel Dink, la veuve du journaliste d'origine arménienne Hrant Dink, assassiné en 2007 à Istanbul par un jeune ultranationaliste, a dénoncé les projets de destruction, évoquant un "assassinat" de sa culture.

Les Arméniens de Turquie, autrefois des millions dispersés à travers le pays sont aujourd'hui 60.000, principalement établis à Istanbul, après des massacres visant cette communauté sous l'empire ottoman en 1915 que de nombreux pays reconnaissent comme un génocide.

BA/cmr