DIVERTISSEMENT
07/05/2015 04:59 EDT

Films à l'affiche le 8 mai 2015 (PHOTOS)

Mediafilm

Sortie au cinéma prévue? Découvrez les films à l'affiche cette semaine!

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec:

Galerie photo Films de la semaine - 8 mai 2015 Voyez les images

AMOUR FOU

Autriche. 2014. 96 min.

Comédie dramatique de Jessica Hausner avec Christian Friedel, Birte Schnoeink, Stephan Grossmann, Sandra Hueller, Holger Handtke, Alissa Wilms.

Berlin, à l'époque romantique. Alors que l'élite allemande craint de voir s'établir les réformes démocratiques inspirées de la Révolution française, le jeune poète Heinrich von Kleist, fatigué de la vie, forme le projet de se suicider. Cependant, il désire quitter ce monde en compagnie de l'élue de son coeur, afin de transcender le côté inéluctable de la mort. Après avoir essuyé le refus de sa cousine Marie, il convainc Henriette Vogel, une femme mariée atteinte d'une maladie incurable, de l'accompagner dans son trépas.

Librement inspirée de faits historiques, cette "comédie romantique" joue d'ironie et d'un humour noir grinçant. La mise en scène dépeint, en une série de tableaux statiques, une société rigide où tout n'est que représentation. Cette esthétique froide, distanciée, permet au spectateur d'apprécier les subtilités du récit et la qualité de l'interprétation.

EX MACHINA

Grande-Bretagne. 2015. 109 min.

Science-fiction de Alex Garland avec Domhnall Gleeson, Oscar Isaac, Alicia Vikander, Sonoya Mizuno, Corey Johnson.

Caleb gagne un séjour d'une semaine avec Nathan, pdg visionnaire de sa multinationale spécialisée dans les technologies. Sitôt arrivé à la maison-laboratoire de son patron, située en montagne et accessible uniquement par hélicoptère, le jeune programmeur prend connaissance de son ordre de mission: déterminer si Ava, une androïde dotée d'une intelligence artificielle, possède une conscience. Au fil des sessions expérimentales tenues dans cet environnement hypercontrôlé, Caleb tombe sous le charme de la ravissante créature cybernétique, qui trouve l'occasion de le mettre en garde contre le manipulateur Nathan.

Le scénariste Alex Garland (28 DAYS LATER, NEVER LET ME GO) fait des débuts probants à la réalisation avec ce thriller élégant, inventif et nerveux, qui reprend avec panache un motif connu de la science-fiction. Face à l'intense Domhnall Gleeson et à l'imposant Oscar Isaac en démiurge excentrique, Alicia Vikander compose avec nuances une fascinante créature hybride.

LA FAMILLE BÉLIER

France. 2014. 105 min.

Comédie de Éric Lartigau avec Louane Emera, Karin Viard, François Damiens, Luca Gelberg, Éric Elmosnino, Ilian Bergala, Roxane Duran.

Paula Bélier est la seule de sa famille à ne pas être sourde et muette. À 16 ans, elle sert volontiers d'interprète entre ses parents et les fournisseurs de leur ferme laitière, les clients qui achètent leur fromage au marché, et le reste du monde. Mais l'équilibre des Bélier est menacé. Au lycée, le professeur de chant, M. Thomasson, a décelé chez Paula un don exceptionnel, qu'il l'encourage à peaufiner en prévision d'un concours organisé par Radio-France, avec à la clé une bourse d'études dans une école parisienne. Incapable d'avouer son désir de partir à ses parents et à son petit frère, l'adolescente justifie ses absences de la ferme pour répéter, par une amourette fictive avec Gabriel, un autre élève doué de M. Thomasson. Or, la négligence croissante de Paula envers son père, qui a besoin de son aide pour briguer la mairie de leur village, provoque une tension qui devient chaque jour plus aiguë.

France pittoresque, personnages gentiment caricaturaux, visiblement, il y a recette. Et si la mise en scène dynamique dément la chose, le scénario ne manque aucune chance de le rappeler. Paradoxalement, le film frappe plus fort lorsqu'il fonce hors des sentiers battus, notamment pour un face-à-face mère-fille déchirant où Karin Viard transcende son personnage de belle fermière.

FAR FROM THE MADDING CROWD

États-Unis. 2015. 119 min.

Drame de Thomas Vinterberg avec Carey Mulligan, Matthias Schoenaerts, Michael Sheen, Tom Sturridge, Juno Temple, Bradley Hall.

Peu de temps après avoir refusé en mariage le berger Gabriel Oak, l'orpheline Bathsheba Everdene hérite de la ferme de son oncle et de sa tante. Obstinée et indépendante, la paysanne endosse son rôle avec courage et dirige de près sa main d'oeuvre, se mêlant aux travaux sans craindre de se salir. Un soir, l'incendie de sa meunerie, qui aurait pu la ruiner, est stoppé par ses ouvriers, auxquels s'est joint Gabriel, sans ressources depuis que son cheptel a été décimé. Entré à l'emploi de Bathsheba, il devient son homme de confiance, ainsi que le premier témoin des attentions que lui porte le célibataire William Boldwood, riche propriétaire des terres voisines. S'étant mis en tête d'épouser la jeune femme, le quinquagénaire déchante lorsqu'elle lui refuse sa main. Sa blessure d'orgueil prend une autre couleur quand Bathsheba tombe sous le charme de Francis Troy, un beau militaire qu'elle commettra l'erreur d'épouser, sous le regard impuissant de Gabriel. Du coup, celui-ci se découvrira une certaine connivence avec Boldwood.

Cette adaptation consciencieuse du célèbre roman de Thomas Hardy ne manque pas de charme ni de lustre. En revanche, elle peine à démontrer sa réelle pertinence. Tant au plan du sujet, toujours captivant mais un brin démodé, qu'à celui de la forme, soignée sans être transcendante ou inventive. L'interprétation est cependant de première force.

GOING CLEAR - SCIENTOLOGY AND THE PRISON OF BELIEF

États-Unis. 2015. 119 min.

Documentaire de Alex Gibney.

Depuis sa fondation en 1953 par l'écrivain de science-fiction et gourou L. Ron Hubbard, l'Église de Scientologie inspire la méfiance. Durant la même période toutefois, les rangs de ses adeptes ont continué de grossir, et ses revenus ont crû de façon spectaculaire. Son secret? Entre autres éléments de réponses, un mystère savamment entretenu autour des croyances au coeur de son culte, et une structure d'endoctrinement par paliers fondée sur la confession et le chantage émotif. Au moyen de témoignages abondants de spécialistes et de transfuges, parmi lesquels on retrouve le cinéaste canado-américain Paul Haggis (CRASH), le documentariste américain Alex Gibney (TAXI TO THE DARK SIDE) nous offre une vue en coupe de cette institution secrète et litigieuse, dirigée d'une main de fer par David Miscavige, un ami intime de l'acteur Tom Cruise. Avec John Travolta, ce dernier constitue la face visible de cette Église aux méthodes douteuses qui, de l'avis des auteurs, se servent d'eux comme paravents de vertu et comme agents d'hameçonnage.

De toute évidence, la prudence juridique entourant ce projet, attaqué de toute part par l'amirauté de l'Église de scientologie, l'a également un peu limité dans ses mouvements. Cela dit, on ne peut s'empêcher d'admirer la fluidité narrative d'un film dont les témoignages diversifiés forment un exposé cohérent sur les mécanismes de l'endoctrinement.

KURT COBAIN - MONTAGE OF HECK

États-Unis. 2015. 145 min.

Documentaire de Brett Morgen.

Né le 20 février 1967 à Aberdeen, dans l'État de Washington, Kurt Cobain est un petit garçon aimant et vif. Mais à 9 ans, la séparation de ses parents, Wendy et Don, modifie son caractère. Rebelle, insolent, colérique, il est ballotté d'une famille à l'autre. Nouant de mauvaises fréquentations, il découvre la marijuana à l'adolescence, puis l'héroïne à 20 ans. Seul phare dans son existence mouvementée: le punk rock, pour lequel il démontre des aptitudes évidentes. Installé à Seattle, Kurt connaît le succès dès la parution en 1991 de "Nevermind", le premier album de son groupe Nirvana, qui devient le porte-étendard du nouveau mouvement grunge. Mais l'attention des médias et la reconnaissance publique perturbent encore plus le jeune artiste, tout comme sa rencontre avec la chanteuse Courtney Love, qui donnera naissance un an plus tard à leur premier enfant, Frances Bean. Rongé par ses démons intérieurs, de plus en plus dépendant à la drogue, Kurt Cobain s'enlève la vie le 5 avril 1994, à l'âge de 27 ans.

Brett Morgen (THE KID STAYS IN THE PICTURE) brosse un portrait bien documenté du légendaire Kurt Cobain, à travers un assemblage dynamique d'entrevues, d'archives parfois très intimes et de séquences d'animation. Malgré une seconde partie moins tonique et un manque de recul sociohistorique, le film parvient à démystifier cet homme complexe et attachant.

MAGGIE

États-Unis. 2015. 95 min.

Drame de Henry Hobson avec Abigail Breslin, Arnold Schwarzenegger, Joely Richardson, Rachel Whitman Groves, Bryce Romero, Raeden Greer, Jodie Moore, J.D. Evermore.

Une grave épidémie a transformé en zombies une grande partie de la population des États-Unis. Infectée par le virus, l'adolescente Maggie Vogel n'a que quelques semaines de répit avant de devenir elle aussi une morte-vivante. Refusant de la placer en quarantaine, son père Wade décide de la ramener à la ferme familiale et d'en prendre soin jusqu'à la fin. Et ce, malgré les réticences de son épouse Caroline, belle-mère de la jeune condamnée.

En assimilant l'infection virale fantaisiste des zombies à une maladie mortelle tragique, le nouveau venu Henry Hobson a troussé un drame familial intimiste et prenant, dans lequel les élégants effets de style et les efficaces moments d'horreur font oublier la minceur de l'intrigue. Abigail Breslin est poignante, face à un Arnold Schwarzenegger étonnamment sobre.

LE PLANCHER DES VACHES

Canada. 2015. 75 min.

Documentaire de Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier.

Âgés entre 15 et 16 ans, Pascale, Céleste et Raphaël fréquentent une école secondaire peu ordinaire de l'Estrie: la Maison Rurale Familiale, vouée à l'enseignement des métiers de la terre. Victime d'intimidation en raison de sa passion pour les ruminants, Pascale découvrira le quotidien d'une ferme laitière grâce à la complicité d'une championne de concours de beauté réservés aux vaches. Fragilisée par la mort récente de son père, Céleste se familiarisera avec la conduite des machines agricoles sur une autre ferme laitière. Bien qu'il ait souffert des trop longues absences de son père bûcheron, Raphaël voudra suivre ses traces en séjournant sur une terre à bois, dont le propriétaire préfère les chevaux aux grosses machines. Lors des retours ponctuels en classe, les trois jeunes, dans des échanges avec les autres élèves, parlent de leurs joies, leurs tourments et leurs appréhensions face à leur futur métier.

Les coauteurs des PETITS GÉANTS poursuivent leur exploration d'expériences éducatives méconnues en traitant cette fois de la tradition du compagnonnage. Sauf que le sujet n'est guère nourri, les participants, pas très à l'aise devant la caméra, se montrant peu loquaces. La réalisation attentive, au rythme lent, est tonifiée par une trame sonore aux accents variés.

SEXY ET EN CAVALE

États-Unis. 2015. 87 min.

Comédie policière de Anne Fletcher avec Reese Witherspoon, Sofia Vergara, John Carroll Lynch, Rob Kazinsky, Richard T. Jones, Michael Mosley, Richard T. Jones, Joaquin Cosio.

Fille de policier, l'agente Cooper, zélée et à cheval sur le règlement, ronge son frein dans les bureaux de la police de San Antonio, depuis une bavure impliquant des adolescents. Or, peu après l'arrestation du baron de la drogue Vicente Cortez, la jeune femme a enfin la chance de faire ses preuves sur le terrain. En compagnie du détective Jackson, elle a pour mission de conduire à Dallas le trafiquant Felipe Riva et son épouse Daniella, témoins principaux dans le procès de Cortez. Mais à la résidence du couple, les policiers doivent essuyer les tirs de deux bandes de tueurs rivales. Felipe et Jackson ayant été abattus, Cooper et Daniella prennent la fuite à bord de la voiture de cette dernière. En route vers Dallas, la veuve sexy tente par tous les moyens de fausser compagnie à l'agente coincée, afin de se venger à sa façon de Cortez, responsable de la mort de son frère.

Bien qu'elle ait déjà démontré ses talents comiques dans ELECTION et LEGALLY BLONDE, Reese Witherspoon irrite souverainement dans cette comédie pénible, mal écrite, mal réalisée, qui empile sans souci de rythme des gags aussi stupides qu'embarrassants. Aux côtés de la vedette, Sofia Vergara ("Modern Family") est plus caricaturale que jamais.