NOUVELLES
07/05/2015 10:31 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Des Ethiopiens "secourus" en Libye arrivent en Egypte

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a annoncé jeudi que son pays avait "secouru" 27 Ethiopiens en Libye, au moment où il accueillait le groupe à l'aéroport du Caire.

Les autorités égyptiennes n'ont pas précisé dans l'immédiat les circonstances dans lesquelles avaient été "secourus" les 27 Ethiopiens, arrivés au Caire à bord d'un appareil d'une compagnie égyptienne privée.

"L'Egypte, en coordination avec la Libye et l'Ethiopie, a libéré les citoyens éthiopiens qui ont souffert de conditions très difficiles en Libye", selon un communiqué de la présidence.

En avril, les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) avaient diffusé une vidéo montrant l'exécution en Libye d'au moins 28 hommes, présentés comme des Ethiopiens.

Le président Sissi a accueilli à l'aéroport du Caire les Ethiopiens, "secourus" en Libye par les services de sécurité de son pays, a-t-il indiqué lors d'une courte allocution retransmise à la télévision publique.

"Nous étions préoccupés par le sort de nos frères éthiopiens après les décapitations criminelles qui ont eu lieu ces derniers jours", a précisé M. Sissi en référence à la vidéo de l'EI.

L'Egypte a mené le 16 février des raids en Libye contre des positions de l'EI en représailles à la décapitation de 21 chrétiens, dont une majorité d'Egyptiens. Elle avait ensuite réclamé une intervention militaire internationale dans le pays, mais cet appel avait été accueilli avec réticence par les puissances occidentales.

L'EI, qui contrôle de larges secteurs en Irak et en Syrie, gagne du terrain et multiplie les exactions en Libye, plongée dans le chaos et livrée aux milices depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi fin 2011.

Depuis son élection, le président égyptien a initié un réchauffement diplomatique avec l'Ethiopie, qui s'est lancée dans la construction d'un immense barrage hydro-électrique sur le Nil Bleu.

L'Egypte s'est longtemps opposé à ce barrage, craignant qu'il ne diminue ses propres approvisionnements en eau. Mais M. Sissi s'est rendu en mars à Addis Abeba, la première visite officielle d'un président égyptien en Ethiopie depuis 30 ans, et dont l'objectif était de mettre un terme aux tensions.

aha-tgg/faa