NOUVELLES
07/05/2015 03:40 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Conflit au Yémen: Kerry presse l'Arabie saoudite d'accorder une pause humanitaire

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry était jeudi en pleines tractations à Ryad pour presser l'Arabie saoudite de marquer une "pause" dans ses opérations militaires anti-rebelles au Yémen afin d'acheminer de l'aide humanitaire d'urgence.

Arrivé mercredi soir dans le royaume saoudien où il s'est immédiatement entretenu près de trois heures avec le nouveau prince héritier, Mohammed ben Nayef, M. Kerry rencontrait jeudi matin le président yéménite en exil, Abd Rabbo Mansour Hadi.

Il doit voir ensuite le roi Salmane puis son nouvel homologue saoudien, Adel al-Jubeir. Les deux ministres de pays alliés doivent faire une déclaration à la presse en début d'après-midi, avant que M. Kerry ne gagne Paris.

Toute la matinée, Américains et Saoudiens doivent parler du Yémen, mais aussi de la Syrie, du groupe jihadiste Etat islamique et des négociations sur le nucléaire iranien, a confié un diplomate du département d'Etat.

Ryad et Washington ont des divergences de vues sur ces dossiers, notamment sur la perspective d'un accord et d'un rapprochement entre l'Iran et les Etats-Unis.

Sur le conflit au Yémen, Washington soutient Ryad et appuie logistiquement la coalition arabe, mais John Kerry a réclamé dès mercredi "une pause humanitaire" dans les bombardements aériens de la coalition dirigée par l'Arabie.

Avec les Saoudiens, "nous allons discuter de la nature de la pause et comment elle pourrait être mise en oeuvre", avait-il déclaré en visite à Djibouti, juste en face du Yémen. Il avait exprimé son "extrême préoccupation" devant "la situation humanitaire au Yémen".

Selon l'ONU, au moins 1.200 personnes ont été tuées au Yémen depuis le 19 mars, dont près de la moitié étaient des civils.

"Je suis convaincu de leur volonté de mettre en oeuvre une pause", avait insisté M. Kerry à propos des Saoudiens, fers de lance d'une coalition arabe menant des frappes aériennes depuis le 26 mars au Yémen contre les rebelles chiites Houthis soutenus par l'Iran.

Le secrétaire d'Etat avait précisé avoir déjà évoqué cette semaine cette "pause humanitaire" avec le ministre Jubeir. Il en a aussi parlé avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, selon un diplomate américain.

De son côté, le ministre yéménite des Affaires étrangères Ryad Yassine avait indiqué en Arabie saoudite, où il est réfugié, qu'il espérait parler avec le ministre américain de "la façon dont on peut avancer" en matière d'aide humanitaire.

Le gouvernement yéménite en exil a demandé mercredi une intervention militaire terrestre de la communauté internationale pour "sauver le Yémen".

Dans une lettre adressée au Conseil de sécurité, l'ambassadeur du Yémen à l'ONU Khaled Alyemany dénonce des "atrocités" commises par les Houthis, dont des tirs qui ont fait 38 morts parmi des civils qui tentaient de fuir le pays.

nr/ras/cbo