NOUVELLES
07/05/2015 05:42 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Chine: nouveau patron à la tête du constructeur FAW après un scandale de corruption

FAW, le troisième plus gros constructeur chinois, a annoncé jeudi qu'un nouveau président --venu de son concurrent Dongfeng-- avait été nommé à sa tête, l'ancien patron, objet d'une enquête pour des faits de corruption.

Xu Ping, qui présidait jusqu'à encore récemment le deuxième constructeur chinois Dongfeng, a été désigné président de FAW Group et secrétaire du Parti communiste pour l'entreprise, a indiqué FAW dans un communiqué.

Dongfeng avait justement révélé mercredi que M. Xu quittait ses fonctions, et était remplacé par Zhu Yanfeng... un ancien président de FAW (de 1999 à 2007).

Un jeu de chaises musicales très bien huilé, orchestré par le Parti communiste et le gouvernement chinois, qui nomment ou démettent les directions des grandes entreprises étatiques.

Plus tôt cette semaine, de nouveaux patrons ont ainsi été nommés de concert à la tête des trois groupes mastodontes du secteur pétrolier chinois.

Ce changement à la tête de FAW était attendu, après la disgrâce de l'ancien président du groupe, Xu Jianyi, placé mi-mars sous enquête pour de "graves violations de la discipline et de la loi", expression désignant de façon routinière des faits de corruption.

FAW, originellement connu sous le nom de First Automotive Works, était en 2014 le troisième constructeur chinois, avec des ventes totalisant plus de trois millions de véhicules selon les chiffres d'une fédération professionnelle.

Basé à Changchun (nord-est), FAW est de longue date le partenaire en Chine de l'allemand Volkswagen, une coentreprise des deux groupes produisant notamment les voitures haut de gamme Audi.

En revanche, Dongfeng avait farouchement réfuté mercredi de récentes spéculations sur son éventuelle fusion avec FAW.

Dongfeng s'appuie sur plusieurs coentreprises créées en Chine avec une dizaine de partenaires étrangers, dont les français PSA Peugeot Citroën et Renault. Le groupe chinois était par ailleurs entré l'an dernier au capital de PSA.

azk-jug/cmr