NOUVELLES
07/05/2015 08:40 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Bombardier prépare une entrée en Bourse d'une partie de sa division transport

MONTRÉAL - Après de nombreuses spéculations quant au futur de sa division transport, Bombardier (TSX:BBD.B) a finalement a annoncé jeudi qu'elle prévoyait une entrée en Bourse d'une partie de ses activités ferroviaires.La société montréalaise a du même coup précisé que ce premier appel public à l'épargne (PAPE) vise une participation minoritaire, ajoutant que Bombardier Transport n'était pas à vendre.«Ses activités nous plaisent et resteront un secteur de Bombardier», a souligné son président et chef de la direction, Alain Bellemare, par voie de communiqué, avant l'assemblée annuelle de la société.Le PAPE, qui devrait être réalisé au cours du quatrième trimestre, devrait, selon l'entreprise, «renforcer sa situation financière». Bombardier semble toutefois garder la porte ouverte à une consolidation dans le secteur ferroviaire.L'inscription sur les marchés boursiers devrait se faire en Allemagne, où est situé le siège mondial de Bombardier Transport.Au premier trimestre, les revenus de Bombardier Transport se sont chiffrés à 2,04 milliards $ US, en recul d'environ 10 pour cent par rapport à 2,27 milliards $ US à la même période en 2014.Pour la période terminée le 31 mars, les revenus totaux de la société sont demeurés stables, à 4,4 milliards $ US, où la progression dans des secteurs de ses activités aéronautique ont contrebalancé le recul dans la division transport.Bombardier a engrangé des profits de 100 millions $ US, ou 5 cents par action, alors qu'ils avaient été de 115 millions $ US, ou 6 cents par action à la même période en 2014. Sur une base ajustée, le bénéfice a été de 170 millions $, ou 9 cents par action, en hausse de 12,5 pour cent.«Après trois mois en poste, je reconnais que nous avons des défis à relever et beaucoup de travail à faire, a indiqué M. Bellemare. Les derniers mois ont été très occupés et beaucoup a été accompli.»Bombardier a notamment vu ses dépenses bondir en raison des retards dans le programme de la CSeries, dont les coûts sont maintenant estimés à 5,4 milliards $ US. Les premières livraisons de ce nouvel avion commercial sont prévues au début de 2016.L'avionneur a par ailleurs fait savoir que Swiss International Air Lines — une division de Lufthansa — sera le premier transporteur aérien à recevoir les CS100.Des réductions d'effectifs pourraient toutefois avoir lieu dans le secteur des avions d'affaires, où Bombardier planifie d'ajuster sa production afin de répondre au ralentissement constaté dans les régions de l'Amérique latine, en Chine ainsi qu'en Russie.