NOUVELLES
07/05/2015 13:04 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Après sa performance au Bahreïn, Rosberg veut se donner du rythme en Espagne

GRANOLLERS, Espagne - Encouragé par sa performance au Grand Prix du Bahreïn il y a trois semaines, Nico Rosberg espère pouvoir mettre sa quête du titre sur la bonne voie ce week-end, en Espagne.Bien que Rosberg ait terminé en troisième place au Bahreïn, des problèmes de freins tard dans la course l'ont empêché de terminé en deuxième place à l'issue de ce GP au cours duquel l'Allemand a semblé à son mieux. Agressif, il a réussi quelques beaux dépassements.Rosberg, vice-champion du monde en 2014 derrière son coéquipier Lewis Hamilton, n'a qu'une victoire à ses 15 dernières courses et n'a toujours pas obtenu la pole en quatre Grands Prix cette saison.«Il s'agit seulement de maximiser nos week-ends. Ça n'est pas encore arrivé jusqu'ici. Toutes les pièces du puzzle ne sont pas tombées en place en même temps, a-t-il expliqué en conférence de presse, jeudi. «Au Bahreïn, je me suis bien senti. J'étais confortable en course et c'est très plaisant de conduire de la sorte, alors ça m'a encouragé.»Il tire de l'arrière par 27 points derrière Hamilton au classement des pilotes et n'a qu'un point d'avance sur le pilote Ferrari Sebastian Vettel, le seul à avoir battu Hamilton cette saison, au GP de Malaisie.Rosberg s'est parfois laissé emporter par sa frustration depuis le début du calendrier, accusant Hamilton de conduire lentement devant lui afin de lui nuire au Grand Prix de Chine ou encore en enguirlandant ses ingénieurs sur la radio de l'équipe. Mais il n'a tout simplement pas suivi le rythme en qualifications et n'a pas été en mesure de s'approcher suffisamment de Hamilton les jours de course.Quand on lui a demandé s'il sentait que l'écart se creusait entre Hamilton et lui, Rosberg a répondu qu'il s'approche de sa meilleure condition.«Merci pour la très gentille question. Les résultats parlent d'eux-mêmes, ils sont plutôt clairs, a-t-il dit. Mais je viens ici encouragé par mes performances au Bahreïn.»À la même date l'an dernier, Rosberg avait gagné une course et terminé trois fois deuxième, comparativement à deux deuxièmes places et deux troisièmes cette saison. Rosberg s'est toutefois amélioré dès le moment où le plateau s'est amené en Europe, remportant le GP de Monaco, puis celui d'Autriche et d'Allemagne pour mettre la pression sur Hamilton l'an dernier.Cette année, la compétition est plus ouverte, Vettel confirmant notamment le retour de Ferrari parmi les écuries de pointe et posant une candidature valide pour le titre.Le quadruple champion du monde devra cependant faire mieux qu'au Bahreïn, où il a terminé cinquième après avoir connu des ennuis avec son aileron avant. Même sans ce pépin, l'Allemand n'était pas à son mieux.«C'est vrai que ce n'était pas ma meilleure course, pas aussi bonne que les précédentes. C'est certain qu'avec l'aileron, c'était difficile, mais de façon générale, il y avait quelques aspects qui n'étaient pas à 100 pour cent, a-t-il expliqué. Le rythme que j'ai trouvé n'était pas le meilleur. Dès le premier segment, nous étions dans le champ et ça ne s'est pas arrangé par la suite.»Comme la plupart des écuries devraient mettre à jour leurs véhicules cette semaine, tous les yeux seront tournés vers les McLaren — qui n'a pas encore inscrit de point et qui peine à s'adapter à ses moteurs Honda — et sur les Red Bull. L'Autrichien Daniel Ricciardo a déjà utilisé trois de ses quatre moteurs et son coéquipier russe Daniil Kvyat a aussi connu des ennuis de moteur.«Nous avons connu quelques week-ends difficiles, a admis Kyvat. La situation n'est pas facile pour nous, c'est certain. Nous tentons de tirer le meilleur de ce que nous avons et continuons de travailler.»