NOUVELLES
07/05/2015 13:29 EDT | Actualisé 07/05/2016 01:12 EDT

Amazonie : opération contre l'extraction clandestine d'or en terres indigènes

Les autorités brésiliennes ont lancé jeudi une opération policière contre une organisation réalisant de l'extraction illégale d'or et de pierres précieuses dans une réserve d'Indiens Yanomamis en Amazonie (nord).

Des policiers et inspecteurs de l'Institut de l'Environnement (Ibama) ont participé à l'opération baptisée "Warari Koxi" - qui signifie "dommage à l'environnement" en yanomami - effectuée dans l'Etat amazonien du Roraima, à la frontière du Venezuela, où se trouve la mine et dans les Etats voisins, Amazonas, Rondonia et Para.

L'opération policière a touché également l'Etat de Sao Paulo, poumon économique du Brésil, où l'or extrait clandestinement était vendu.

Quelque 160 kilos d'or étaient extraits par mois, ce qui rapportait 17 millions de réais (5,6 millions de dollars), selon les autorités.

La police n'a pas précisé le nombre de mandats d'arrêts lancés contre la bande incriminée, formée "d'entrepreneurs, fonctionnaires, propriétaires d'entreprises d'extraction minière, joailliers et pilotes d'avions".

"Ils sont responsables de l'implantation de mines d'or, minerais d'utilisation industrielle et pierres précieuses dans la réserve Yanomami", souligne la police dans son communiqué.

L'extraction clandestine a provoqué un grand dommage à l'environnement, une vaste déforestation de la région et la pollution au mercure des cours d'eau.

Le territoire Yanomami, une tribu d'environ 32.000 personnes pratiquement isolée, selon l'ONG Survival, est situé des deux côtés de la frontière du Brésil et du Venezuela.

En 1991, un an avant la délimitation des terres Yanomamis, le gouvernement brésilien avait dû expulser, en dix mois, près de 8.500 chercheurs d'or.

jt/cdo/ka/amd