NOUVELLES
06/05/2015 04:46 EDT | Actualisé 06/05/2015 04:46 EDT

Espace : Les Piliers de la création en 3D, une première

La toute première carte tridimensionnelle des Piliers de la création dans la nébuleuse de l'Aigle a été dressée par des astronomes européens.

Les nouvelles observations réalisées à l'aide de l'instrument MUSE qui équipe le Très Grand télescope de l'Observatoire européen austral (ESO) renseignent sur la distribution spatiale des diverses colonnes de poussière au sein de cette emblématique structure.

Ces observations révèlent de nombreux nouveaux détails comme l'existence d'un jet inconnu en provenance d'une jeune étoile.

Le rayonnement intense ainsi que les vents stellaires issus des brillantes étoiles de l'amas ont lentement sculpté les Piliers de la création et devraient totalement les dissiper au cours des 3 millions d'années à venir.

Le saviez-vous?

La première image des Piliers de la création a été acquise par Hubble il y a vingt ans, le 2 avril 1995. Elle a été composée à partir de 32 images différentes prises par quatre caméras du télescope. Très rapidement, elle s'est imposée comme l'une des images les plus emblématiques de ce programme spatial. Depuis lors, ces nuages ondoyants, qui s'étendent sur plusieurs années-lumière, n'ont cessé de surprendre les yeux humains.

Cette image montre la façon dont MUSE a créé une vue tridimensionnelle des emblématiques Piliers de la création.

Les structures proéminentes ainsi que l'amas d'étoiles NGC 661 situé non loin de là composent la région de formation stellaire baptisée la nébuleuse de l'Aigle (Messier 16). La nébuleuse et les objets qui lui sont associés se situent à quelque 7000 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Serpent.

Les Piliers de la création se développent au cœur des vastes nuages de gaz et de poussière qui sont le berceau de nouvelles étoiles.

« Les colonnes surgissent lorsque l'intense rayonnement ultraviolet ainsi que les violents vents stellaires en provenance des étoiles massives, fraîchement formées, de couleur blanc-bleu et de types O et B, expulsent de leur environnement proche la matière de plus faible densité. » — Communiqué de l'ESO

Toutefois, des poches de gaz et de poussière de densité plus élevée peuvent résister plus longtemps à ce processus d'érosion. La matière située à l'arrière-plan de ces épaisses régions poussiéreuses se trouve alors protégée du rayonnement foudroyant en provenance des étoiles de types O et B. Cet écran protecteur génère de sombres « queues », ou bien encore des « trompes d'éléphant », qui nous apparaissent tels des piliers poussiéreux orientés en direction opposée à celle des étoiles brillantes.

Les images ont révélé l'évaporation continue des Piliers de la création à un degré de précision inédit, tout comme leur orientation.

MUSE a aussi montré que l'extrémité du pilier latéral gauche nous fait face et constitue en réalité la partie supérieure d'un pilier qui se situe derrière NGC 6611, à la différence des autres piliers.

Cette extrémité reçoit de plein fouet le rayonnement en provenance des étoiles de NGC 6611 — raison pour laquelle elle nous apparaît bien plus brillante que les piliers situés dans l'angle inférieur gauche, au centre et à droite de l'image, et dont les extrémités figurent toutes à l'extérieur de notre champ de vision.

Au sein d'environnements tels que les Piliers de la création se joue une véritable course contre la montre : la formation de nouvelles étoiles se heurte en effet à l'évaporation continue des piliers, sous l'effet de l'intense rayonnement en provenance des étoiles massives existantes.

La mesure précise du taux d'évaporation des Piliers permet de dater leur fin prochaine : chaque million d'années, ils perdent l'équivalent de 70 masses solaires. Ainsi, à ce rythme, sachant que leur masse actuelle avoisine les 200 masses solaires, l'espérance de vie des Piliers ne devrait pas excéder les quelque 3 millions d'années.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Hubble fête son 25ème anniversaire Voyez les images