NOUVELLES
29/04/2015 16:04 EDT | Actualisé 29/06/2015 01:12 EDT

Un libéral évoque les privilèges dont PKP a pu bénéficier à titre d'entrepreneur

QUÉBEC - Le député libéral André Drolet a évoqué mercredi les conditions privilégiées dont Pierre Karl Péladeau a pu bénéficier comme entrepreneur grâce à la présence de son père qui l'a précédé dans le monde des affaires.M. Drolet a fait le parallèle avec sa propre expérience d'entrepreneur, pour affirmer qu'il n'avait pu compter que sur lui-même lorsqu'il a financé ses projets.«Choisir d'être entrepreneur c'est un gros défi en soi, a-t-il dit. Si on veut que nos jeunes pensent entreprendre, ce n'est pas évident, parce qu'on n'a pas toujours eu ça facile.»Lors d'une commission parlementaire étudiant les crédits du ministre délégué aux Petites et Moyennes entreprises, Jean-Denis Girard, M. Drolet a évoqué la lourdeur administrative dont se plaignent les petits entrepreneurs face aux exigences gouvernementales.M. Drolet a soutenu que M. Péladeau s'était montré satisfait des efforts des libéraux pour réduire la «paperasse» à l'époque où il était président et chef de la direction du conglomérat Québecor, fondé par son père.Constatant les réactions de M. Péladeau, alors qu'il continuait à disserter, M. Drolet a décoché une flèche au député péquiste en laissant sous-entendre que son expérience dans le monde des affaires avait été facilitée par son père, Pierre Péladeau.«Je vois le député de Saint-Jérôme qui s'agite sur sa chaise, a-t-il dit. On n'a pas toujours eu en arrière de nous un papa qui a peut-être pu aider la situation. Alors moi, de mon côté, j'ai fait mon premier chèque tout seul.»À titre d'entrepreneur, M. Drolet a été copropriétaire d'un club de golf, d'une brasserie et de deux établissements d'une chaîne de restauration rapide.Les propos de M. Drolet ont provoqué des réactions du côté du Parti québécois et le président de la commission parlementaire, Claude Cousineau, a rappelé les participants à l'ordre en les invitant à éviter les propos blessants.Répondant à la mise en garde de M. Cousineau, M. Drolet en a profité pour critiquer l'attitude de M. Péladeau, député de Saint-Jérôme et candidat à la direction du Parti québécois.«Parfait, mais c'est le premier à le faire, a-t-il dit. C'est un constat. La semaine passée, il s'est amusé avec son Ipad. (...) Mais c'est un petit, petit...»Après la commission parlementaire, dans un échange avec les journalistes, M. Péladeau s'est limité à dire que les déclarations de M. Drolet étaient ridicules.«Pas de commentaires sur M. Drolet, député de Jean-Lesage, a-t-il dit. C'est d'un ridicule consommé.»