POLITIQUE
29/04/2015 09:56 EDT | Actualisé 29/04/2015 09:56 EDT

Les enseignants déroulent des banderoles dans 800 écoles

Radio-Canada

Les enseignants de la Fédération autonome de l'enseignement ont déroulé des banderoles dans 800 écoles de Montréal, de Laval et des Laurentides pour dénoncer les choix budgétaires du gouvernement du Québec.

Les enseignants de la fédération, qui représente environ le tiers des professeurs québécois, dénoncent les compressions budgétaires du gouvernement Couillard en éducation. « Le gouvernement, dans le dernier budget, a trouvé 77 millions pour exploiter les ressources naturelles qui se trouvent dans le Grand Nord alors qu'il dit que les élèves qui fréquentent l'école publique ne valent que 50 sous de plus que l'an dernier », déplore le président de la Fédération autonome de l'enseignement, Sylvain Mallette.

« Au Québec, la première richesse que nous avons, c'est l'école publique, ce ne sont pas les ressources naturelles que l'on retrouve dans le Grand Nord », poursuit M. Mallette. Ce dernier estime que le gouvernement prive ainsi les élèves « de ressources dont ils ont besoin ».

M. Mallette précise que les 500 000 $ de plus investis en Éducation dans le dernier budget ne suffisent même pas à couvrir les coûts de systèmes afin de maintenir le niveau des services aux élèves.

La CSDM sort les ciseaux

Montrée du doigt dans un rapport indépendant, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) a décidé de procéder à de nombreuses compressions afin de se conformer aux exigences budgétaires imposées par Québec. La CSDM a fait parvenir une lettre aux parents pour les informer que des postes de conseillers pédagogiques et de techniciens en éducation spécialisée seraient supprimés et que les services alimentaires et de transport scolaire seraient également touchés.

Les enseignants sont en négociation pour renouveler leur convention collective. Ils ont mis fin à ce qu'ils qualifient de bénévolat en refusant de travailler plus que les 32 heures qui sont prévues à leur contrat de travail.

« L'école publique fonctionne en partie grâce au bénévolat exercé par les professeurs, explique M. Mallette, et les profs ont dit : « c'est assez, le gouvernement ne reconnaît pas ce travail-là, on n'ira pas en faire plus que ce que le contrat de travail nous reconnaît ».

Le président de la FAE se défend d'affecter le service aux élèves. « Les élèves écopent déjà pour les choix budgétaires qui sont faits par les gouvernements », précise-t-il.

« Il y a eu plus d'un milliard de compressions qui ont été imposées aux écoles publiques alors qu'on maintient le financement public des écoles privées. »

— Sylvain Mallette

Le financement de l'école privée a coûté 506 millions de dollars au Trésor québécois en 2012-2013, selon M. Mallette, qui estime qu'on prive ainsi l'école publique de ressources.

Les enseignants sont sans contrat de travail depuis le mois de mars dernier.