Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le nouveau visage de la série DTM plaît à Spengler

Bruno Spengler entamera vendredi sa quatrième saison avec BMW dans la série DTM, dans un nouveau format : des week-ends de trois jours avec deux courses à disputer.

Un texte de Philippe Crépeau

Les pilotes retrouvent les essais libres du vendredi, puis devront disputer une séance de qualification et une course dans la même journée, samedi et dimanche.

Après une saison 2014 frustrante, en raison du manque de performance de sa voiture sur un tour en qualification, Spengler avait hâte de se tourner vers 2015.

« Tout est nouveau, le format est nouveau. On a pu travailler un peu cet hiver sur les réglages de la voiture. La saison 2014 est très loin. Je suis juste très motivé », a déclaré le Québécois à Radio-Canada Sports

En fait, tout n'est pas nouveau, car Spengler n'a pas eu à découvrir la voiture comme à la même époque en 2014. Il la connaît maintenant sa M4, et il a participé le 16 avril à une dernière journée d'essais d'hiver, au circuit d'Oschersleben. Une journée chargée où le Canadien a beaucoup tourné.

« Je pense que ça s'est plutôt bien passé. J'ai fait quand même 170 tours. On a concentré nos efforts sur la course. On a appris des choses, on a amassé beaucoup d'informations et l'équipe est en train de tout analyser en détail.

« On espère que ces choses vont suffire par rapport à la concurrence qui a l'air d'avoir beaucoup progressé aussi, fait remarquer Spengler. Mais je ne peux pas dire aujourd'hui quel niveau de compétitivité on a. »

Compte tenu des carences de performance de sa voiture en configuration de qualification, Spengler aurait aimé tourner plus pour travailler cet aspect, mais le nouveau format des week-ends a obligé BMW à faire des choix.

« Comme on n'avait pas beaucoup de temps, on a travaillé un peu la qualif, mais on ne pouvait se permettre de ne faire que ça et d'arriver à Hockenheim sans préparation course, surtout qu'on a deux courses par week-end cette saison, explique-t-il. Maintenant, faut voir les conditions de piste et la température qu'on aura à Hockenheim. »

Tromper l'hiver

Bruno Spengler a été invité à participer à la fin de janvier aux 24 heures de Daytona, ce qui a modifié sa routine hivernale... et permis de tromper l'attente.

« La pause hivernale a été vraiment très longue, malgré les 24 heures de Daytona. J'ai vraiment très hâte de rentrer dans ce week-end de course. L'adrénaline monte tout doucement. Je suis impatient. »

Surtout que le nouveau format donne à cette saison 2015 une saveur inconnue.

« Ça va s'enchaîner, fait-il remarquer. Déjà, on roule 45 minutes le vendredi, c'est très bien. Je suis très positif d'avoir à nouveau une bonne séance d'essais le vendredi. Mais il y aura le samedi des essais libres, après la qualif et après tout de suite la course. Et dimanche, il y a l'échauffement, qualif et course de nouveau. Les mécanos vont travailler fort entre samedi et dimanche.

« Donc, c'est sûr que le programme sera serré. Mais moi, je trouve ça bien, ça donne du rythme à la fin de semaine. On va beaucoup rouler. »

Bruno Spengler s'y est préparé en conséquence, avec encore cet hiver un programme de conditionnement physique rigoureux préparé par la marque allemande.

« La course, pour moi, c'est quelque chose de physique. Donc même si on est un peu plus fatigués, ce n'est pas grave. Je trouve ça plutôt pas mal. À la fin de la deuxième course, celui qui sera le plus fatigué aura peut-être tendance à faire plus d'erreurs. Ça va rendre les courses intéressantes », estime-t-il.

Verdict à Hockenheim pour la première étape de la saison DTM 2015, les 2 et 3 mai.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.