NOUVELLES
29/04/2015 04:27 EDT | Actualisé 29/06/2015 01:12 EDT

L'Iran veut lancer une ligne maritime commerciale vers la Syrie (responsable)

L'Iran veut lancer une ligne maritime directe avec la Syrie pour augmenter les échanges commerciaux entre les deux pays alliés, ont rapporté mercredi les médias iraniens.

Téhéran est le principal soutien régional du régime de Bachar al-Assad, en guerre contre des rebelles depuis quatre ans.

L'Iran apporte un soutien militaire aux forces régulières mais dément avoir déployé des troupes en Syrie. Le président Assad a récemment affirmé à la chaîne de télévision France 2 que "des commandants et des officiers vont et viennent entre les deux pays conformément à la coopération existant entre nous depuis bien longtemps. C'est différent que de participer aux combats".

La République islamique est également un bailleur de fonds important de la Syrie dont l'économie, exsangue, est soumise à un embargo international. En 2013, Téhéran avait ouvert pour Damas trois lignes de crédit pour un total de 7,6 milliards de dollars.

"Une ligne maritime directe peut aider à augmenter le commerce entre les deux pays qui est actuellement d'un milliard de dollars", a déclaré Ali Kazemeini, l'attaché commercial de l'ambassade d'Iran à Damas à une délégation syrienne en visite à Téhéran.

Par ailleurs, le ministre iranien de la Défense Hossein Dehghan a réaffirmé le soutien de l'Iran à la Syrie en recevant à Téhéran son homologue syrien, le général Fahd el-Freij.

L'Iran "sera aux côtés de la nation et du gouvernement syriens jusqu'à la destruction des racines de la tumeur cancéreuse (...) du terrorisme et de la violence", a déclaré le général Dehghan, cité mercredi par les médias.

Téhéran qualifie de terroristes tous les groupes rebelles syriens et accuse les pays occidentaux, les monarchies arabes du Golfe et la Turquie de les soutenir pour renverser le président Assad.

Le ministre syrien de la Défense a souhaité quant à lui "un renforcement de la coopération en matière de défense" entre l'Iran et son pays.

Cette visite intervient alors que l'armée syrienne a enregistré plusieurs revers militaires dans le nord et le sud du pays face à la rébellion, des succès qualifiés de "propagande médiatique" par le régime.

sgh/cyj/bpe