NOUVELLES
29/04/2015 10:25 EDT | Actualisé 29/06/2015 01:12 EDT

Iran: le cargo arraisonné dans le Golfe à cause d'un ancien litige financier (officiel)

L'arraisonnement mardi par l'Iran d'un navire lié à la compagnie danoise Maersk est le résultat d'une ancienne plainte en dommages et intérêts déposée par une société iranienne, a indiqué mercredi l'Organisation des ports et des affaires maritimes.

L'opération a été menée dans le Golfe à la suite "d'un jugement basé sur une plainte de la société iranienne Pars Talayieh Oil Product" qui demandait un dédommagement financier à Maersk, a précisé l'Organisation dans un communiqué.

"Cette plainte a été traitée par des tribunaux ces dernières années et la cour compétente a émis ce jugement à l'issue d'une procédure complète", après avoir entendu les deux parties, a ajouté l'Organisation.

Pars Talayieh, société privée spécialisée dans les produits pétroliers dérivés, était injoignable mercredi pour donner des détails sur cette plainte.

"Cette action a été menée dans le cadre des règles et lois de la République islamique et conformément aux règles internationales", a déclaré pour sa part Marzieh Afkham, la porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, selon un communiqué reçu par l'AFP.

"Nous espérons qu'après le règlement du contentieux financier, le navire pourra reprendre sa route", a-t-elle ajouté.

Elle a également affirmé que "les 24 membres d'équipage étaient en bonne santé" et qu'il n'y avait "pas de restriction pour des services consulaires" en ce qui les concerne.

En octobre 2012, Maersk avait annoncé avoir cessé ses activités depuis et vers l'Iran après la mise en place de sanctions occidentales, notamment un embargo financier pétrolier, contre ce pays en raison de son programme nucléaire controversé.

L'Organisation des ports a souligné que cette affaire était purement commerciale et n'avait pas de lien avec la politique.

Le Maersk Tigris, un porte-conteneurs battant pavillon des îles Marshall avec 24 hommes d'équipage à bord, a été intercepté par les forces des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime iranien dans la zone du détroit d'Ormuz.

Le navire venait de Jeddah (Arabie saoudite) et se dirigeait vers Jebel Ali à Dubaï, selon le site Marinetraffic.com.

Il a été dirigé vers le port Shahid-Bahonar, près de Bandar Abbas, où il a été mis sous séquestre.

Le navire "est désormais sous la garde de l'Autorité judiciaire et sa libération ne sera possible que par une décision judiciaire", a précisé l'Organisation des ports.

Le Maersk Tigris est exploité par la société Rickmers management, sous les couleurs du géant du transport maritime Maersk. Le bateau "n'appartient pas à Maersk et son équipage n'est pas employé par Maersk", a précisé un porte-parole du groupe danois.

Lors de son interception, le bateau se trouvait sur une route maritime utilisée par les navires commerciaux, dans les eaux territoriales iraniennes, ont indiqué des responsables américains. Selon la loi maritime en vigueur, les navires commerciaux ont le droit de traverser les eaux iraniennes en application du principe du "droit de passage inoffensif".

neg/cyj/sgh/feb