NOUVELLES
29/04/2015 00:09 EDT | Actualisé 28/06/2015 01:12 EDT

Indonésie: les exécutions font partie d'une "guerre" contre la drogue (procureur général)

Le procureur général d'Indonésie a défendu mercredi les exécutions de sept condamnés à mort pour trafic de drogue, déclarant que son pays faisait face à une "guerre" contre la drogue.

"Nous menons une guerre contre les horribles crimes liés à la drogue qui menacent la survie de notre nation", a déclaré Muhammad Prasetyo à des journalistes à Cilacap, ville portuaire et voie d'accès à l'île de Nusakambangan, où se trouvent la "prison de la mort".

Les sept condamnés -- deux Australiens, un Brésilien, quatre Africains -- et un Indonésien y ont été fusillés dans la nuit de mardi à mercredi, en dépit de multiples appels à la clémence de la communauté internationale et des familles de victimes.

Une jeune mère de famille philippine qui devait elle aussi être exécutée pour trafic de drogue a obtenu un sursis à la dernière minute.

"Je voudrais dire qu'une exécution n'est pas une tâche plaisante, mais nous devons l'accomplir pour sauver la nation du danger des drogues", a poursuivi M. Prasetyo.

"Nous ne faisons pas des ennemis de pays d'où venaient les exécutés. Nous luttons contre les crimes liés à la drogue", a-t-il souligné.

Le procureur général a par ailleurs minimisé le décision de l'Australie de rappeler son ambassadeur après l'exécution de deux de ses ressortissants, estimant qu'il s'agissait d'une "réaction temporaire".

np-sr/bfi/jr